• Hatsune Miku Talk sur Google Assistant !
  • VOCALOID 5 : Tout ce qu'il y a à savoir !
  • [MAJ Concours] Blindtest IA X ONE
  • Une nouvelle campagne Xiaomi x Hatsune Miku + visuel révélé
  • Mirai komachi, la petite nouvelle de chez Yamaha
  • Vocaloid.fr

    Nouvelles:

    N'oubliez pas qu'il est toujours possible d'acheter des T-Shirts et bandanas vocaloid.fr

     

    Messages récents

    Pages: [1] 2 3 ... 10
    1
    I want to know that new knowledge. Where can I get this from, and can you recommend me?
    2
    Présentation / Re : Présentation de Tsukazorah-naraya
    « Dernier message par Osborne le Hier à 09:22:18 »
    Where do most of the content in this site come from? Is it possible to share the data?
    3
    Ecriture / Re : Jyôka se met à écrire !
    « Dernier message par Jyôka Ryu le 13 octobre 2018, 18:18:56 »
    Nouveau chapitre ! Voici "Sekai" chapitre 31 ^^

    Bonne lecture !

    Spoiler
    Chapitre 31 : Children of the Damned

    Au milieu de sa salle du trône, Fukase faisait les cent pas. Leora l’accompagnait. Il se montrait particulièrement réjoui par le récent trépas de Takahashi. Pourtant, il ne put s’empêcher d’être pris de remords : le lieutenant Yuma avait en effet réussi à fuir pour de bon. L’heure de faire le point était venue. S’il était parvenu à prendre le pouvoir et à chasser sa sœur du trône de Kuni, son emprise sur le pays n’était pas encore complète. Leora lui rappelait, installée à une petite table en bois. Fukase la rejoignit.

    – Il est temps d’élaborer une stratégie, commença-t-il.

    – Il faut d’abord contrôler la totalité de l’île Kuni… Tant que tu n’auras pas effacé toute trace de rébellion, tu ne pourras pas avancer…

    La réflexion de Leora semblait somme toute logique, mais Fukase n’était pas préoccupé par Kuni. Il voyait plus loin. Ces derniers jours, il se montrait de plus en plus insistant pour mettre en place la seconde phase de son plan. Sa compagne tentait de l’en dissuader, arguant que c’était trop tôt. Mais Fukase n’avait que ces mots à la bouche : l’île Maho, l’île Maho, répétait-t-il, comme si sa fixation pour cet objectif avait décuplé.

    Leur conversation fut brutalement arrêtée par l’arrivée du messager de la cour. Cet homme exerçait déjà sa fonction sous le règne de Luka. C’était un jeune garçon brun aux cheveux frisés, habillé assez simplement.

    – Les gardes du port nous signalent le retour du capitaine Yohio, annonça-t-il avec hésitation.

    – Quoi ? Déjà ? s’écria Leora.

    – Ça ne va pas vous plaire… Le capitaine est gravement blessé… Il vient d’être transporté à l’hôpital.

    – Mais qu’a-t-il bien pu se passer ? demanda Fukase.

    – Je l’ignore, monseigneur, répliqua le jeune garçon. « Avant de s’évanouir, il a tout simplement évoqué en murmures l’île Tokai ».

    Fukase renvoya le messager à la porte manu militari. Enragé, il se tourna vers Leora :

    – C’est un tour de Luka. J’en suis certain. Et cet imbécile de Yohio qui se fait battre, alors que je l’ai doté d’une armée !

    Plusieurs éclairs de rage jaillirent de ses mains, signes de sa grande nervosité. En privé, il ne se privait plus de cacher ses origines magiciennes. Leora essaya tant bien que mal de le calmer.

    – Reprenons les choses point par point.

    – Je dois prendre contact avec l’île Maho. Tu ne peux pas comprendre, mais c’est important ! C’est maintenant que je dois agir !

    – Ne te détourne pas trop, conseilla la dame aux cheveux rouges. « Le plus important, c’est de garder l’emprise sur Kuni. C’est bien le but de tout cela non ? »

    – Ma chère Leora, tu es bien loin du compte. L’île Kuni n’est qu’une étape. Mon plan est bien plus ambitieux. Fukase toisait son acolyte avec fierté, son visage trahissait également un soupçon de vanité.

    – Mais tu n’as même pas encore terminé cette première étape, répondit-elle.

    Fukase lui donna raison sur ce point. Pour le moment, le groupe du tyran était occupé sur trois fronts : l’île Kuni, la recherche de la Reine Luka, et le troisième objectif secret de Fukase, l’île des Magiciens. Leora voulait tout d’abord le convaincre de rester encore un peu sur Kuni. Les chefs de village n’étaient pas encore acquis à sa cause, et la population non plus par ailleurs. Fukase avait compté sur l’aide du clan de Kaito pour l’aider à mettre en place sa domination, mais lui et sa mercenaire devaient bien avouer que tout ne se déroulait pas comme prévu. Ils pensaient en effet que leur démonstration de force suffirait à calmer les ardeurs des éventuels rebelles. Ce n’était pas le cas. Devant l’impatience exacerbée de son compagnon, la Koryuiste tenta une nouvelle proposition :

    – Laisse-moi me rendre avec toi sur l’île Maho, implora presque Leora.

    – Non, je dois y aller seul… Il le faut, murmura l’homme au costume blanc.

    – Bien…

    La mercenaire avait bien compris qu’elle ne parviendrait pas à faire changer d’avis son patron. Il restait trop obnubilé. Cependant, elle eût une autre idée, qui lui permettrait de montrer sa dévotion envers Fukase ainsi qu’épancher sa soif de pouvoir.

    – Pendant que tu pars, laisse-moi au moins garder l’île Kuni pour toi. Je te promets de combattre les rebelles. Quand tu reviendras, l’île entière sera à toi…

    Fukase réfléchit quelques instants dans un coin. L’idée de Leora lui paraissait intéressante. S’il interprétait correctement l’indice que lui avaient laissé Yohio, la Reine Luka représentait toujours une menace. Elle cherchait à forger des alliances. Le fait même qu’elle parte pour l’île Tokai, dont le Royaume était un ancien allié de la Guilde des Magiciens, le poussait encore à ne pas perdre de temps. Son ennemie voudrait certainement atteindre également l’île interdite. Lui se devait d’accomplir ses desseins avant. Mais il ne pouvait mener cette mission qu’en solo. De plus, il devait trouver d’autres mercenaires afin de repartir chasser la Reine déchue et ses alliés.

    – Leora ! Sais-tu ce que sont devenus Kyo, Wil et Yuu ?

    – D’après les dernières informations que j’ai glanées, ils sont toujours à l’hôpital dans un état grave. Ils ont été très gravement blessés durant la prise de la capitale.

    – J’ai une idée. On part pour l’hôpital.

    Alors que Fukase se pressait déjà devant la porte de sortie du Palais Royal, la mercenaire s’empressa d’affréter le meilleur carrosse et de constituer une escorte. La ville n’était pas encore totalement sûre pour le nouveau dirigeant.

    ***

    L’hôpital de Kyôu se trouvait en plein centre-ville, à deux pas de la Grand Place du quartier noble de la capitale. Ainsi, Kyo, Yuu et Wil avaient pu être évacués assez vite du champ de bataille. Heureusement s’étaient-ils trouvés en dernière ligne, si bien que Fukase eut pris le Palais Royal peu de temps après leur cinglante défaite contre Lily et Takahashi. Depuis lors, ils demeuraient dans leur chambre commune à l’hôpital. Leur entrain habituel avait laissé place au calme, teinté d’un soupçon de crainte. Ils avaient failli à la mission que leur avait confiée leur patron, et il n’était pas connu pour se montrer magnanime. Yuu se demandait même souvent s’il valait mieux de pas mourir tout de suite. Á quoi bon retarder l’échéance ? Telle était l’ambiance de leur chambre d’hôpital, une grande pièce austère, aux murs immaculés dans laquelle se trouvaient trois petits lits de piètre qualité.

    Au Palais Royal, Leora avait convaincu Fukase de se changer avant de quitter le château, le temps que les serviteurs préparent le carrosse. Il s’agissait de la première sortie publique du tyran depuis sa prise de pouvoir. Il devait se montrer élégant, pensait la guerrière. Elle avait piqué la fierté de Fukase au vif. Il s’était pris un malin plaisir à se parer des plus beaux habits, quitte à en faire un peu trop. Il désirait marquer les esprits. Ainsi, il portait une splendide veste rouge aux reflets or qui se mariait parfaitement bien avec son pantalon ocre. Par-dessus, il s’était paré d’une très longue cape blanche, elle aussi bordée d’or. Il avait également ajouté un haut-de-forme du plus bel effet. L’ensemble pouvait paraître très exagéré, mais dégageait une impression de richesse et de prestance.

    Fukase et Leora montèrent rapidement dans le carrosse, qui se fraya lentement un chemin dans les étroites rues de la ville. Tout près suivait un régiment de soldats affûtés. La zone n’était pas encore sûre. Le risque d’attentat ou d’embuscade était encore élevé. Si les soldats de la Garde royale qui lui étaient maintenant dévoués pour la plupart (surtout par crainte, ils avaient bien observé sa puissance lors de la prise du palais), il substituait toujours le risque d’une attaque improvisée, menée par un groupe de partisans de la Reine Luka.

    Quelques minutes plus tard, le carrosse s’arrêta net devant la porte d’entrée de l’hôpital. Leora sortit en premier et urgea les soldats de la garde de rester à l’extérieur. Fukase s’extirpa ensuite du véhicule et suivait Leora pieds à talons. Le tyran ne prononçait aucun mot. Sa compagne prit les informations nécessaires et le mena dans la chambre de Kyo, Yuu et Wil.

    Les trois hommes tournèrent simultanément la tête vers la droite lorsque la porte s’ouvrit. Ils furent directement paralysés par la peur quand ils virent Leora suivie par Fukase. Ils auraient déjà fui depuis belle lurette s’ils avaient pu, mais leur état de santé était encore trop sérieux.

    Fukase s’adressa à l’infirmière qui les accompagnait d’un ton sec :

    – Dégagez ! Qu’on nous laisse seuls ! Que le couloir entier soit vide !

    La jeune interne n’avait pas la moindre confiance en cet homme, mais n’avait pas le courage de s’y opposer. Elle avait fini par deviner à qui elle avait à faire. Le carrosse, la tenue : tout cela ne laissait la place au moindre doute. Elle se trouvait en présence de l’homme le plus dangereux du pays. Elle quitta donc précipitamment la chambre, et demanda même d’évacuer le couloir. Fukase et Leora écoutèrent patiemment le branle-bas de combat qui se déroulait à quelques mètres d’eux, en silence. Il ne fut que quelques secondes pour retrouver le calme plat.

    C’est alors que Fukase s’avança vers le lit de ses trois sbires. Kyo était le seul à encore oser le regarder dans les yeux. Wil tournait la tête dans l’autre sens tandis que Yuu gardait ses paupières closes, comme s’il attendait son châtiment final.

    Le Magicien posa tout d’abord ses paumes sur la poitrine de Kyo, qui le fixait toujours. Il laissa échapper un petit gémissement de douleur puis toussota. Après quelques secondes, une lueur jaune nuancé de rouge entoura tout le cours de Kyo. Fukase paraissait lutter pour garder ses mains sur la poitrine de son lieutenant. Ensuite, Kyo se redressa de son lit. Ses blessures avaient disparu.

    Les visages de Wil et Yuu s’éclairèrent brusquement. Fukase ne s’était pas montré menaçant, il venait même les soigner ! L’homme aux cheveux rouges pratiqua la même intervention sur les deux hommes qui, peu après, purent sortir de leurs lits et de nouveau marcher, en pleine forme.

    Soudainement, Fukase se tordit de douleur. Il bringuebalait dans tous les sens en hurlant. Leora était paniquée. Que lui arrivait-il ? Elle s’approcha doucement de son amant, mais il la balaya d’un revers de la main.

    – Laisse ! C’est normal ! gémissait-il.

    Le tyran se dirigea ensuite vers un seau situé dans un coin de la pièce et se mit à vomir une immense quantité de sang. Il continuait à tousser. Leora s’était risquée à s’approcher de lui. Elle avait pris l’une des couvertures posées sur l’un des lits et la posa délicatement sur son dos. Après quelques secondes, Fukase s’était totalement remis.

    – Je déteste cette magie ! lança-t-il.

    Il ajouta alors quelques mots d’explication. Il s’agissait d’un vieux sort qu’il avait appris il y a longtemps. Mais c’était de la vieille magie, elle n’était pas encore très au point. S’il parvenait à soigner les blessures les plus graves, le sortilège rebondissait souvent sur lui, le mettant souvent en danger. Mais, il en fallait davantage pour l’éloigner de son objectif, et Fukase savait qu’il allait avoir besoin de ses trois lieutenants.

    Si Yuu et Wil étaient fortement reconnaissants à Fukase d’avoir pris un tel risque pour eux, Kyo se montrait plus prudent. Ces soins rapides allaient devoir être payé. Il exprima alors le fond de sa pensée à ses deux interlocuteurs.

    Leora lui répondit ensuite un grand sourire aux lèvres :

    – Ça vous dirait de découvrir l’île Tokai ?

    ***

    – Ce sont les Insoumis ! Vite, tous aux abris !

    L’explosion qui venait de ravager l’aile Est du château de Den avait provoqué une panique immense dans tout le palais. Miku avait entrouvert légèrement la porte de la salle de réunion et observa rapidement les hordes de gardes qui courraient vers le nouveau champ de bataille. Là-bas, les combats étaient déjà ardus. Plusieurs explosions retentirent, causant plusieurs morts rapides. Les membres des soldats tués volaient çà et là. Une véritable scène de désastre.

    Les guérilleros appelés Insoumis avançaient petit à petit au milieu de la fumée qu’ils avaient provoquée. Ils étaient particulièrement bien équipés. Outre leurs katanas bien aiguisés, ils portaient chacun une ceinture garnie de plusieurs petites bombes fumantes. Au final, ils disposaient d’un véritable arsenal. De leur côté, les gardes du château semblaient bien peu armés. Les Insoumis portaient également un bandana rouge qui, en plus de cacher leur visage, leur permettaient de progresser rapidement malgré la purée de pois. Ainsi, certains gardes royaux n’avaient pas le temps de réagir avant de sentir l’effroyable douleur qui les conduisait lentement vers la mort.

    De leur côté, Anon et Kanon s’étaient rapidement réfugiées dans un coin de la pièce. Ce n’était pas la première fois qu’elles durent faire face à une telle attaque depuis le début de leur règne. Mais celle-ci s’avérait particulièrement violente et étonnante. Jamais les Insoumis n’avaient osé attaquer directement le Palais de Den.

    Le garde qui était entré dans la pièce, un homme bien portant aux longs cheveux blonds et aux yeux verts, nommé Sato, se dirigea directement vers les deux Reines.

    – Je vous protégerai coûte que coûte, Majestés, lança-t-il.

    – Commandant, demanda Anon. « Comment se fait-il que les Insoumis puissent nous attaquer ici ».

    – Je l’ignore ma Reine…

    Miku, Luka, Gumi, mais aussi Dex et Mizki observèrent la scène dans le calme. Après toutes les épreuves endurées, le groupe n’allait pouvoir profiter d’aucun moment de calme. La patronne de la Garde royale de Kuni s’avança vers Sato, qui la regardait fixement, comme hypnotisés par ses longues couettes blondes.

    – Commandant, je pense que votre place est près de vos soldats, argumenta-t-elle.

    – Non, Madame… Excusez-moi, mais ma place est ici, à protéger mes souverains.

    – Vos hommes ont besoin d’instructions ! Gumi ponctua l’intervention de Miku par un « oui » engagé. « Laissez-nous nous occuper des Reines. Je vous garantis qu’elles ne courront aucun danger avec nous… »

    Sato se montrait perplexe. Son regard vagabondait dans la pièce, il analysait chaque membre du groupe. La situation était catastrophique, mais pouvait-il confier les deux personnes les plus importantes du pays à des inconnus ? Il se tourna vers Anon et Kanon, qui lui firent un léger signe de la tête.

    Mizki intervint alors :

    – Nous pouvons vous accompagner, si vous le désirez, conseilla-t-elle en indiquant Dex du doigt.

    – Je crois que deux guerriers en plus ne vous seront pas superflus, ajouta le lieutenant Dex.

    – Bien… commença-t-il, à contrecœur. « Je vous les laisse. Protégez-les à tout prix, s’il vous plaît. Mes prières vous accompagnent », finit-il, le regard tourné vers Miku.

    Le commandant quitta ensuite la salle de réunion, en compagnie de Mizki et de Dex. Anon et Kanon réprimèrent un sanglot. Leur fidèle protecteur partait peut-être vers une mort certaine…

    Miku ne se laissa pas influencer par ce trop-plein d’émotion et organisa son groupe. Elle partait du principe que quelques ennemis finiraient par s’infiltrer dans la salle. Il fallait donc être prêt au combat.

    – Kyuu, Roku ! En première ligne, près de la porte !

    L’aîné des jumeaux Genshine ne put cacher sa stupéfaction. Miku lui répondit directement :

    – Vous êtes les plus rapides de nous tous… Et vous êtes très doués au combat. J’ai confiance en vous, montrez-nous ce que vous savez faire. Gumi !

    – Oui ! cria la lieutenante.

    – Tu te places juste derrière eux, et juste devant Rin et Len. Essaie de coordonner ta troupe, et n’aie pas peur d’envoyer Rin et Len au combat. Je pense qu’ils sont prêts désormais.

    Gumi approuva. Len sentit la fierté et la motivation le gagner. Tous ses efforts allaient finir par être récompensés. Lui et sa sœur allaient être considérés à leur juste valeur. Ce sentiment le gagna durant quelques secondes, puis il laissa la place à une certaine appréhension.

    – La frousse, Len ? demanda Gumi.

    L’adolescent ne répondit pas et regardait ses pieds.

    – C’est normal, ajouta la lieutenante. « Contente-toi d’appliquer tout ce que tu as appris. Ton stress s’évacuera comme par magie, une fois que tu passeras à l’action, crois-moi… »

    Rin se montrait aussi indécise, mais se rangea à l’avis de son maître. Elle brandit son sabre juste devant sa poitrine. Son frère adoptait la même position.

    Miku reprit la parole : « Alys ! Toi et moi, nous allons protéger les Reines. Tu sais toujours lancer ton bouclier, n’est-ce pas ? »

    Alys répondit par l’affirmative.

    – Parfait ! Shirosaki, tu te réfugies sous le bouclier avec ses Majestés. Tu n’es pas en état de te battre. Ma Reine, protégez-vous également derrière le halo.

    L’ancien bibliothécaire acquiesça et rejoignit les trois filles.

    Le vacarme des batailles s’approchait lentement mais sûrement. L’ennemi paraissait connaître parfaitement son objectif. Miku s’approcha subrepticement de Kyuu et Roku et les somma de se tenir prêts. Les deux frères opinèrent du chef et restaient concentrés. Soudainement, le groupe entendit le cliquetis de la porte, la poignée se tourna violemment, puis plus rien. Après quelques secondes, un choc violent fracassa la porte d’entrée. Trois ennemis aux visages cachés pénétrèrent dans la pièce.

    Kyuu et Roku se mirent en garde. Ils parvinrent à leur bloquer l’accès. L’aîné donne le premier coup à l’assaillant qui se trouvait le plus près de lui. S’il n’était pas arrivé à toucher la moindre partie du corps, son coup avait fait perdre l’équilibre à l’Insoumis. Sans perdre de temps, et profitant du répit qui lui était accordé, il se lança directement vers un deuxième guerrier. Roku, de son côté, était parvenu à désarmer son agresseur, et l’avait assommé avec le pommeau de son sabre. Tout cela dans une manœuvre très élégante qui impressionna Gumi. Il glissa le chevalier inconscient dans un coin de la salle et prêta main forte à son frère.

    Les jumeaux ne prêtèrent que peu d’attention aux réactions de leurs camarades. Ils étaient pleinement occupés par leur combat. Ils avaient fait table rase du reste. Ne comptait plus que la victoire. Alors que le premier assaillant de Kyuu regagna son équilibre, il subit une autre salve de coups, cette fois-ci venue du cadet. Roku ne commettait aucune erreur, il n’effectuait aucun geste superflu. C’était le fruit de plusieurs années d’entraînement. Le niveau des jumeaux rivalisait presque avec celui de Gumi ou de Yuma. Après quelques secondes, Roku blessa son agresseur à la trachée. Le sang coulait abondamment et l’homme tomba lentement au sol, au-devant de la porte. Dans le même temps, Kyuu était parvenu à se défaire de son adversaire, avec l’une de ses manœuvres bien connues. Il s’était accroupi et avait attaqué les jambes de l’adversaire. Au final, la première vague d’attaque avait été rapidement écartée.

    – Gardez votre concentration ! D’autres vont arriver, et en nombre cette fois, prévint Miku.

    Comme prévu, un escadron d’environ dix guerriers attaqua le groupe quelques instants plus tard. L’attaque était bien plus brouillonne que la première. Kyuu et Roku se défendaient chacun contre deux guerriers, tandis que Gumi et Miku essayaient de retenir le reste de la troupe. Cependant, deux soldats était parvenus à passer outre la lieutenante et la commandante et se dirigeaient donc vers Rin et Len.

    – Rin, c’est à nous ! hurla Len. Un petit sourire esquissa son visage. Son caractère avait changé ses derniers temps. L’appréhension avait laissé sa place à la motivation. La multiplicité des combats semblait l’avoir libéré. Ce comportement avait également des répercussions positives sur Rin, qui se montrait encore plus motivée.

    Les jumeaux parèrent plutôt facilement les premières attaques des ennemis. Cependant, il manquait encore un petit quelque chose. Si leur défense se montrait irréprochable, Rin et Len ne parvenaient pas à répliquer. Les katanas des ennemis se heurtaient sans arrêt aux leurs, mais ils ne pouvaient jamais contre-attaquer.

    – Rin, Len, soignez votre jeu de jambes, vous allez perdre l’équilibre !

    Dans un premier temps, Len écouta ce conseil sans prêter attention à celui qui le donnait. Puis, dans un mouvement rapide de la tête, il observa Kyuu lui donner des instructions alors qu’il se trouvait lui-même en pleine lutte. Puis, il remarqua rapidement que Roku, lui aussi, s’intéressait fortement au combat de Rin. D’instinct, Len corrigea son erreur, recula sa jambe droite afin de garder un équilibre optimal. Son adversaire tenta alors de lui asséner un coup dans le ventre. Il bloqua l’attaque avec son sabre, fit quelques pas vers l’arrière, puis contre-attaqua. Son épée vint se loger dans l’épaule gauche de son agresseur. Il retira rapidement la lame et blessa ensuite le bras droit. L’Insoumis était mis hors d’état de nuire.

    Rin écouta également les conseils de Kyuu. Gumi s’approcha aussi d’elle et l’aida dans sa tâche. Les deux filles se retrouvèrent alors devant trois ennemis. Elles se regardèrent subrepticement dans le blanc des yeux, puis partirent à l’attaque. En deux coups de sabre, Gumi mit à terre deux ennemis. Rin tenta une feinte qui déstabilisa son adversaire, ce qui lui permit de rapidement prendre l’avantage. Puis, elle finit le travail en se glissant derrière le guerrier et en l’attaquant derrière les genoux. De son côté, Miku et les Genshine se chargeaient des renégats restants.

    La deuxième vague de rebelles étaient écartée. Peu après, une troisième salve arriva, cette fois-ci accompagnée par de nombreux gardes du château qui s’étaient lancés à leur poursuite. Mizki, Dex et le commandant Sato revinrent également dans la salle de réunion. Il n’y avait plus personne près de la brèche causée par l’explosion. Les derniers Insoumis jetèrent leurs dernières forces et leurs ultimes armes dans la bataille. Ils sortirent alors leurs bombes explosives. Ils n’hésitèrent plus une seconde et les lancèrent en direction des deux Reines de Tokai. Les rebelles criaient déjà victoire. Leur mission était réussie.

    Cependant, Alys relâcha un instant le bouclier qui entourait Anon, Kanon, Luka et Shirosaki pour contrer cette ultime attaque. Sous le regard stupéfait de tous, plusieurs halos protecteurs entourèrent les diverses bombes propulsées dans tous les sens. L’explosion fut contenue et ne fit aucun dégât. Seul un bruit sourd s’échappa des halos de lumière. Puis, les gardes du château ainsi que les guerriers du pays de Kuni s’emparèrent des derniers ennemis et les mirent rapidement hors d’état de nuire.

    ***

    Cette tentative d’attentat avait eu le chic de forger rapidement les relations entre les représentants des trois pays. Finalement, c’est dans l’adversité que les véritables amitiés se forment. Le calme était revenu dans la grande salle de réunion. Anon et Kanon se trouvaient encore sous le choc de l’attaque, mais se montraient grandement reconnaissantes envers leurs hôtes. De leur côté, les guerriers de Kuni et de Seisui étaient plutôt satisfaits d’avoir fait bonne impression.

    Len profita de ce moment d’accalmie et se dirigea vers les jumeaux aux cheveux verts. Kyuu et Roku étaient tranquillement assis dans un coin de la pièce, en silence.

    – Dis… hésita Len. « Merci pour tout à l’heure… »

    Le blondinet éprouva des difficultés à exprimer sa pensée. Ses relations avec les Genshine, et plus particulièrement Kyuu, étaient encore assez tendues.

    – Pas de quoi, lui rétorqua Kyuu en ne prenant même pas la peine de poser le regard sur lui. « Mais méfie-toi la prochaine fois. On ne sera pas toujours là pour t’aider… »

    Len retourna rapidement vers sa sœur. La réplique de Kyuu lui avait paru très condescendante.

    – J’en n’en peux plus de ce mec ! murmura-t-il à Rin.

    Elle glissa alors un regard en direction de Roku, qui lui rendit un sourire discret. Le cadet savait très bien que son frère n’était pas l’individu le plus facile à comprendre. Et pourtant, la réflexion qu’il avait adressée à Len ne traduisait pas pour lui de la condescendance. Bien malgré lui, Kyuu commençait peu à peu à s’attacher aux Kagamine. Rin aussi l’avait compris et tentait de calmer les ardeurs de son frère.

    De son coté, Alys s’était retranché près de Shirosaki et recevait les louanges d’Anon et de Kanon, mais aussi de tous les soldats du château. Son intervention s’était montrée déterminante. Elle répondit à ces acclamations par un petit sourire gêné.

    Luka désirait parler quelques minutes avec Anon et Kanon. L’attaque des Insoumis avait précipitamment interrompu leur réunion prometteuse. Pourtant, après le coup d’éclat de son groupe, elle estimait avoir droit à quelques explications. Mizki accompagna également la Reine de Kuni. L’île Tokai regorgeait de secrets, et elle désirait en dénouer quelques-uns.

    Anon et Kanon ne furent pas avares en commentaires et remerciements, que Luka accepta avec respect au nom de son pays. Anon commença dès lors un petit discours, destiné à éclairer les lanternes de tous.

    Les Insoumis étaient un groupe terroriste qui s’était formé sur l’île Tokai quelques années auparavant. Leur objectif est simple : renverser le pouvoir et chasser Anon et Kanon du trône. Ce groupe s’est constitué en réaction aux diverses réformes des souveraines. En effet, une partie de la population restait nostalgique de ce qu’ils appelaient « La Grande Tokai », lorsque l’alliance entre l’île et la Guilde des Magiciens permettait au Royaume de régner sur le monde entier, selon eux. Par conséquent, les têtes pensantes de ce mouvement se montraient diamétralement opposées au pouvoir en place et aux réformes proposées par le gouvernement. Selon eux, il fallait rétablir l’alliance avec l’île Maho. Leur doctrine enseignait que la position actuelle de l’île Tokai trahissait un sentiment d’infériorité par rapport aux autres puissances du monde. C’était à la fois dégradant et inacceptable.

    Ainsi, différentes attaques avaient touché les casernes des gardes et les bâtiments publics de l’île Tokai ces derniers temps. Anon et Kanon, avec le concours de l’état-major de leur armée, avaient essayé de contrecarrer ces attaques. Sans succès. Les leaders de cette coalition se montraient particulièrement pernicieux, vindicatifs, et malins. Ils agissaient toujours dans l’ombre. Les Insoumis se montraient dès lors très difficiles à capturer.

    – Cela fait plusieurs années que nous luttons, et nous sommes toujours au point mort, ajouta Kanon.

    Luka se retourna vers Miku et Gumi. Les visiteurs de Kuni et Seisui étaient venus sur l’île Tokai en espérant y trouver une quelconque alliance. Hélas, cette dernière donnée changeait complètement leur plan. Luka et Mizki ne pouvaient pas demander l’aide d’un pays qui était déjà en proie aux querelles internes.

    Luka pensa tout haut : « Et si nous vous aidions à mettre ces Insoumis hors d’état de nuire ? »

    Anon et Kanon se montrèrent surprises, mais satisfaites par cette idée. C’était le bon vieux principe du donnant-donnant. En outre, cela pourrait forger une alliance de longue durée avec l’île Tokai, ce qui était plus que bienvenue en cette époque troublée.

    Si la plupart des membres du groupe accueillirent la nouvelle avec contentement (Alys proposa même de s’intéresser aux Koryuistes de l’île, qui, selon elle, étaient peut-être de mèche avec les Insoumis), ce ne fut pas le cas de Gumi qui quitta précipitamment la salle en claquant violemment la porte.

    Le silence s’abattit sur le groupe.

    Alors que Miku se dirigeait vers la sortie, Luka l’attrapa par la manche et l’arrêta net :

    ‑ Laisse, c’est à moi de lui parler.

    ***

    Pendant que Miku, Mizki et Dex s’entretenaient avec les souveraines de Tokai et le commandant Sato, Luka s’était dirigée vers la cour du château pour y rejoindre Gumi. Il faisait déjà nuit. Un croissant de lune berçait d’une lumière jaune les rares arbres de la cour, mais berçait d’une belle couleur les bâtiments avoisinants. L’astre se reflétait également dans l’eau du petit ruisseau qui passait par là. L’endroit était calme et reposant. D’ici, difficile de croire que le palais venait de subir une attaque quelques heures à peine auparavant.

    Gumi sentit le souffle de Luka dans son dos. Contrairement à l’usage, elle adressa directement la parole à la Reine, geste qu’elle n’aurait pas osé faire il y a encore quelques semaines.

    – Que puis-je pour vous, ma Reine ? dit-elle, en essayant de garder un certain respect.

    – C’est surtout moi qui peux quelque chose pour toi. Je vois bien que tu n’approuves pas mes décisions ces derniers temps.

    Gumi se jeta sur l’occasion. Luka venait d’ouvrir la discussion. C’était le moment de parler en toute franchise.

    – Pourquoi partir dans tous les sens comme cela ? Nous devions chercher de l’aide pour sauver notre pays et libérer nos amis. Pas commencer à se mêler des problèmes internes des autres nations.

    Luka baissa la tête. Bien sûr, le raisonnement de la lieutenante paraissait sensé. Cependant, Gumi n’avait pas encore une vue d’ensemble du problème.

    – Owari… Euh, Fukase est un homme très dangereux, confia la Reine.

    – Justement ! Si nous attendons trop longtemps, il deviendra encore plus fort, et nous ne pourrions plus rien… Et Yuma…

    Luka venait de comprendre :

    – Le voilà ton problème, hein ! Yuma te manque !

    – Il est aux mains de l’ennemi… Il est peut-être même mort à l’heure qu’il est… sanglota Gumi.

    – Tel que je connais le lieutenant, il doit certainement mener la vie dure à ses geôliers, tenta de rassurer Luka, provoquant de ce fait un léger sourire forcé chez Gumi. « Gumi, je vais être honnête… Je crains la magie de Fukase. De plus, cet homme est particulièrement imprévisible. Le seul choix que nous ayons est de nous liguer tous contre lui, toutes les nations de Sekai. Et cela passe par nouer des alliances et par montrer notre bonne foi. J’en suis la première désolée, mais la diplomatie prend du temps. »

    Gumi écoutait patiemment le discours de Luka. La Reine sentait cependant que la lieutenante avait encore besoin d’être rassuré quant à sa motivation.

    – Mon objectif a toujours été de reprendre mon pays, et de le sauver. Et quand nous reposerons le pied sur nos terres, j’aurai grandement besoin de toi. En attendant, je crois que les chefs de village me sont restés fidèles. Nous reviendrons, mais je dois être certaine de pouvoir compter sur toi le jour où cela arrivera…

    – Oui, bien sûr ma Reine.

    Gumi et Luka s’enlacèrent ensuite durant quelques minutes. La lieutenante versa encore quelques larmes sur l’épaule de la souveraine. Mais, lorsqu’elle se releva, son regard traduisait une détermination sans pareille. Elle irait sauver son pays, et son compagnon par la même occasion.

    ***

    Dans le port du village de Furisato, au pays de Kuni, Fukase avait fait affréter le plus grand bateau de sa flotte. Plusieurs villageois s’étaient rassemblés, curieux. Des regards de terreur pouvaient se lire sur leurs visages alors que plusieurs soldats de Fukase gardaient les lieux, armés de fusils. Il était cependant très difficile d’y voir quoi que ce soit, vu le nombre de soldats présents. De plus, ceux-ci se montraient particulièrement violents, n’hésitant pas à réprimer les moindres passants un peu trop curieux, hommes, femmes, comme enfants. L’atmosphère était dès lors très lourde, loin de l’ambiance de paix qui régnait lorsque la Reine Luka était au pouvoir.

    Juste à côté du navire de Fukase se trouvait un autre bateau, plus petit, destiné à Kyo, Yuu et Wil. Celui-ci voguerait vers l’île Tokai.

    Soudainement, plusieurs soldats urgèrent la foule de se diviser. La carrosse du nouvel « empereur » – c’est comme cela qu’il se nommait – arriverait bientôt. Quelques dizaines de secondes plus tard, le carrosse apparaissait, les premiers rayons du soleil matinal se reflétaient dans les ornements dorés du véhicule.

    Fukase sortit rapidement du carrosse, suivi de près par Leora. Kyo, Yuu et Wil suivait dans une autre diligence, plus modeste. Dans le même temps, les soldats chargés de protéger Fukase, ou de prêter main forte au trio de lieutenants embarquèrent sur leurs bateaux respectifs.

    Le nouvel empereur de Kuni était de nouveau fort bien vêtu. Récemment, il s’était trouvé un faible pour les longues capes. Elles étaient pour lui symbole de pouvoir. Il aimait parader en trimbalant son vêtement à droit à gauche. Fukase observait le bateau qui allait le mener vers l’île Maho et afficha un air fier.

    Il monta le petit escalier qui le conduisit vers le navire. Une fois arrivé en haut, il se retourna vers Leora, qui le fixait d’un air impassible :

    – Ma chère, je te confie le pays. Tu sais ce que j’attends de toi !

    Leora acquiesça rapidement. Puis, on pouvait entendre les capitaines des deux bateaux donner leurs instructions. Peu après, ils levèrent l’ancre.

    Installé à l’avant du navire, le vent faisant bringuebaler ses mèches rouges, Fukase scrutait l’horizon :

    – Je vous avais bien dit que je reviendrai… murmura-t-il d’un air sadique.

    ***


    4
    Discussions générales et questions / Re : Elle en est ou ALYS?
    « Dernier message par Maradonasr le 08 octobre 2018, 07:05:45 »
    J'en doute aussi.
    5
    Présentation / Re : vocamiku
    « Dernier message par Maradonasr le 08 octobre 2018, 07:03:59 »
    Seninle aynı fikre sahibim.
    6
    News / Re : Hatsune Miku en concert à Paris pour 2018
    « Dernier message par poket-short le 24 septembre 2018, 22:18:06 »
    Merci pour le tip c'est ce que je vais faire finalement !  ;)
    7
    News / Re : Re : Hatsune Miku en concert à Paris pour 2018
    « Dernier message par Hiroki Tsutsui le 23 septembre 2018, 19:58:49 »
    Je trouve ça aussi bizarre qu'il n'y ait pas un très grand engouement sur le net ou même les forums pour ce miku expo à Paris (a moins que je suis passé à coté d'un topic).

    De mon coté j'ai réussi à avoir le ticket ce fameux 1er juin malgré les problèmes techniques, mais j'ai encore aucune idée pour le logement, ou encore le transport. (fin j'ai un peu regardé le train qui à l'air abordable, ou s'il y a des gens chaud pour la voiture à partir de Toulouse).
    On est pratiquement à deux mois du concert toujours rien d'organisé ?  ??? J'imagine qu'il y aura une after au kawaii café.

    Perso je prends le TGV depuis Toulouse, y'a que 4h30 de trajet environ, c'est bien (faut que je resserve xD) (là je reviens de Paris en TGV justement, je suis arrivé il y as quelques heures, hier j'étais au concert de Kamijo :) )
    8
    News / Re : Hatsune Miku en concert à Paris pour 2018
    « Dernier message par Jyôka Ryu le 23 septembre 2018, 17:34:14 »
    C'est connu que la grosse hype "Vocaloid" est un peu passée, surtout en Europe... Le concert arrive un peu tard en fait...

    Et pourtant, j'ai jeté un œil sur le site de la Seine Musicale et j'ai vu que les places en gradins sont quand même déjà complètes ;-)
    Donc, clairement, pas mal de personnes ont déjà pris leurs tickets (par contre, je n'ai pas d'idée sur le nombre de places restantes en fosse, mais j'ai vu aussi pas mal de personnes avoir pris une place en fosse, ça doit bien être rempli aussi ^^). En sachant que c'est une salle de 6000 places quand même, ce n'est pas forcément un bide non plus...

    Peut-être que l'ambiance viendra ce jour-là (on est quand même encore à plus de deux mois du concert...
    9
    News / Re : Hatsune Miku en concert à Paris pour 2018
    « Dernier message par poket-short le 23 septembre 2018, 16:15:05 »
    Je trouve ça aussi bizarre qu'il n'y ait pas un très grand engouement sur le net ou même les forums pour ce miku expo à Paris (a moins que je suis passé à coté d'un topic).

    De mon coté j'ai réussi à avoir le ticket ce fameux 1er juin malgré les problèmes techniques, mais j'ai encore aucune idée pour le logement, ou encore le transport. (fin j'ai un peu regardé le train qui à l'air abordable, ou s'il y a des gens chaud pour la voiture à partir de Toulouse).
    On est pratiquement à deux mois du concert toujours rien d'organisé ?  ??? J'imagine qu'il y aura une after au kawaii café.
    10
    Musique et PV / Re : Votre top 5 des chansons de Miku
    « Dernier message par KeanuReev le 05 septembre 2018, 07:05:03 »
    1. VAN DE SHOP : ONE OFF MIND (c'est un duo avec Gumi mais shhh ://)
    Pages: [1] 2 3 ... 10