• [MAJ 27/11] MIKUEXPO EUROPE 2018 : Ce qu’il ne faut pas rater !
  • Grand concert d’Hatsune Miku au Tokyo 150 : Old meets new
  • Hatsune Miku Talk sur Google Assistant !
  • VOCALOID 5 : Tout ce qu'il y a à savoir !
  • [MAJ Concours] Blindtest IA X ONE
  • Vocaloid.fr

    Nouvelles:

    Vocaloid.fr est désormais partenaire de YAMAHA !

     

    Auteur Sujet: Un rêve, un voyage  (Lu 142 fois)

    0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

    Hors ligne laumane

    • Kocchi New User
    • *
    • Messages: 1
    • Karma: 30
    • laumane envoie du pâté.laumane envoie du pâté.laumane envoie du pâté.
    • Sexe: Homme
      • Voir le profil
    Un rêve, un voyage
    « le: 06 novembre 2018, 14:59:17 »
    Ayant posté à l'origine sur Deviantart et longuement hésité ici, car je vois mon écrit plus comme un poème qu'une poésie.
    Mais n'ayant pas beaucoup de retour, j'eus l'idée qu'ici, peut-être, il y aurait plus de gens aux alentours



    Je peux entendre dans le bois de la cheminée, crépir comme un éclat de souvenir, un espoir, un avenir, je l'entends prédire mon destin qui avance sans même l'ombre d'une espérance. Je ressens le soufflet, un souffle, une voie qui se fraye un chemin à travers mon esprit et dont la fumée monte auprès du Ciel, purifié de la noirceur de mon corps, rejetant toute impureté de mon être qui élève mon esprit.
    Dans l'ardent feu de la cheminée, je peux retrouver ton visage, y retrouver tes yeux d'une couleur flamboyante émettant un faisceau de lumière dans  l'obscurité de mon âme. Je pense pouvoir me rapprocher de toi mais ce n'est pas de tout effort donne moi du courage jusqu'à que je ne comette l'acte irrévocable. Je peux t'entendre me murmurer, m'apaiser, par ta voix si douce qui m'accompagne, me soulage de mon acte si égoïste auquel le monde n'a que faire de ma présence
    Dans la fumée qui se dégage de la cheminée, j’aperçois un long voyage, un rêve, un souvenir, voyant une plage au sable fin sous l'ombre des palmiers, pouvant ressentir la chaleur d'un vent d'été à tes côtés. Je me remémorais de cet instant auquel le temps est impatient. Dans l'odeur de l'encens, je me laisse emporter sur de longues rives,  illusions,  fait passé ? qu'est-ce que j'en sais, ma vie était entouré d'hypocrite qui m'inspirais de l'aversion ! Et avant que je ne peux crier VIVE ! On me laisse derrière moi l'horreur et mon sang.
    Mais dans cette flamme de cheminée intouchable, inaccessible, faisant le ramonage de moi-même, voyant brûler une essence charnelle l'espoir de toute une vie, j'espère arriver là où je désespère, dans un  repos éternel.


    Un commentaire, une impression, un avis; pour que mon poème ne tombe pas dans l'oublie.