• Des visuels de la figurine Megurine Luka Temptation vers.
  • Vocaloid et Vocaloid.fr s’invite à la Japan Expo 2017
  • Giveaway Vocaloid.fr X nanoblock®
  • Hatsune Miku dans le métro de Séoul
  • Danse|Decorum dévoilée !
  • Vocaloid.fr

    Nouvelles:

    Bienvenue sur le forum de Vocaloid.fr !

     

    Auteur Sujet: J’aime écrire des histoires. Surtout avec des jumeaux.  (Lu 38 fois)

    0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

    Hors ligne Hakuro-Kaoru

    • Vegetable member
    • ***
    • Messages: 613
    • Karma: 56
    • Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.
    • Sexe: Femme
    • Mirai
      • Voir le profil
      • Blog
    Bonjour !

    Je n’ai jamais ouvert de sujet dans cette section alors que j’aime bien écrire. Je viens de finir une histoire sur mes utau et j’ai pensé à vous la partager ici aussi.

    Titre : A venir (Franchement, le plus dur pour moi dans une fiction, c’est de trouver un titre…)

    Prologue :

    Kyuu et Roku, des jumeaux inséparables, rencontrent bien des difficultés à s’intégrer dans leur nouvelle école. Exclus et même harcelés, les deux frères réagissent différemment face à cette solitude. Alors que Kyuu, l’ainé, répond facilement aux provocations et se bagarre souvent, Roku, le cadet, plus timide, souffre plus discrètement de cette situation. Jusqu’à ce qu’il rencontre Takeshi, un homme particulièrement gentil qui le sort de la solitude, et qui devient également son premier amour.
    Cependant, Kyuu voit d’un très mauvais œil cette relation, persuadé que les intentions de Takeshi, bien plus âgé que Roku, sont mauvaises. Ou est-il simplement inquiet de voir son petit frère s’éloigner ?


    Chapitre 1 : forum - blog
    Chapitre 2 : forum - blog
    Chapitre 3 : forum - blog
    Chapitre 4 : forum - blog
    Chapitre 5 : forum - blog
    Chapitre 6 : forum - blog
    Chapitre 7 : forum - blog

    A cause de la limite de caractères, je reposterai les chapitres sur le forum au fur et à mesure. En attendant, vous pouvez retrouver l’histoire finie sur le blog.

    J'écris également une histoire avec plusieurs Vocaloids, UTAU et autres chanteurs virtuels. Je l'avais mise en pause le temps de terminer l'histoire ci-dessus, je vais donc bientôt la reprendre également.

    Bonne lecture !
    « Modifié: 18 juin 2017, 20:06:31 par Hakuro-Kaoru »
    Fiche de mes UTAUloids : ici - Avatar : FabulousFennekin - Signature : 

    Hors ligne Hakuro-Kaoru

    • Vegetable member
    • ***
    • Messages: 613
    • Karma: 56
    • Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.Hakuro-Kaoru déchire grave.
    • Sexe: Femme
    • Mirai
      • Voir le profil
      • Blog
    Re : J’aime écrire des histoires. Surtout avec des jumeaux.
    « Réponse #1 le: 18 juin 2017, 19:58:49 »
    Chapitre 1
    La sonnerie de l'école retentit, annonçant la fin d'une longue journée de cours. Aussitôt, les élèves commencèrent à ranger leurs affaires pendant que leur professeur, une jeune femme à l'air strict, leur rappelait avec insistance de faire leurs devoirs pour le lendemain. Tous les élèves de la classe commencèrent alors à se diriger vers la sortie. Tous, sauf deux jumeaux qui marchaient en traînant les pieds.

    - Je n'arrive pas à croire qu'elle m'ait collé pendant une semaine ! Se plaignait l'ainé, Kyuu, visiblement de mauvaise humeur.
    - On n'en serait pas là si tu arrêtais de te battre pour un rien... Remarqua Roku, le cadet.
    - Pour un rien ?! Il se foutait de nous !
    - Je sais, ça m'énerve aussi. Mais essaye de ne pas y faire attention, ils finiront bien par se lasser...

    Le plus âgé ne répondit plus, mais il n'en pensa pas moins. Il ne pouvait pas ne pas réagir aux provocations, c'était plus fort que lui. Surtout lorsque c'était son petit frère qui était visé. Et des provocations, ils en subissaient beaucoup depuis qu’ils étaient arrivés dans cette école… Au bout du couloir, ils arrivèrent devant la salle de détention. Madame Kobayashi, une femme bien portante approchant de la retraite, les y attendait. Du moins, en partie.

    - Mais, que faites-vous ici, vous ? Demanda-t-elle en pointant Roku avec son stylo.
    - Je... Mon frère a eu une retenue, balbutia-t-il, essayant de ne pas faire attention aux regards des quelques élèves présents dans la salle qui s'étaient levés vers lui.
    - Oui, il est sur ma liste. Mais pas vous !
    - Mais ça ne me dérange pas de rester, je n'ai rien prévu d'autre de toute façon...
    - Ne dites pas ça, mon garçon, dit la surveillante en se levant et en invitant le jeune adolescent à se diriger vers la sortie. Ne vous punissez pas sans raison. Allez donc passer du temps avec vos amis, ou faites vos devoirs. Vous pouvez bien survivre une heure sans votre frère !

    Les élèves en retenue ricanèrent et, avant que Kyuu ne réagisse, il préféra prendre congé. Evidemment, qu'il pouvait survivre une heure sans son frère. Ce n'était vraiment pas un problème. Il n'avait qu'à en profiter pour... Arrivé dehors, il s'arrêta, réfléchissant à ce qu'il pourrait faire. Passer du temps avec des amis ? Quels amis ? Depuis leur arrivée dans ce lycée, ils n'avaient jamais vraiment réussi à s'intégrer. C'était comme ça, il suffisait d'avoir un mauvais caractère comme son frère ou d'être trop timide comme lui pour devenir les exclus de la classe. Cet isolement avait d’ailleurs contribué à rapprocher les deux frères au point de devenir inséparables, bien qu’ils étaient déjà particulièrement proches depuis la naissance. Faire ses devoirs alors ? C'était justement une matière qu'il ne comprenait pas très bien, Kyuu était censé l'aider à les faire. Il pourrait rentrer, mais personne ne l'attendait chez lui, ses parents étant en voyage d'affaire, et tout seul le temps lui paraîtrait long. Il n'avait plus qu'à... se balader. Il se mit à marcher en direction du parc près du lycée. Il n'avait qu'à y faire un petit tour pendant une heure, et revenir ensuite à l'école pour rentrer avec son frère. Finalement, peut-être ne pouvait-il vraiment rien faire sans lui...

    Le parc était plutôt animé après la fin des cours. Il faisait bon en cette période de l'année et les jeunes en profitaient pour traîner dehors. Pour être franc, Roku regrettait un peu de s'y être rendu, craignant de rencontrer des élèves de sa classe ou ceux qui le harcelaient pendant les pauses. Alors, lorsqu'il vit trois camarades de classe discuter entre eux, il fit son possible pour les éviter le plus discrètement possible.

    - Il faut que je passe à la supérette, disait Emi, une fille brune plutôt mignonne.
    - D'accord, allons-y. J'achèterai quelques mangas en passant, décida Shinji, un autre camarade.

    Même si il était assez près pour les entendre, aucun d’entre eux ne semblait avoir remarqué sa présence. Il aurait vraiment pu les éviter, mais une étrange idée lui vint plutôt à l'esprit.

    - Euh, excusez-moi... Est-ce que je peux venir avec vous?

    Les trois élèves se tournèrent vers lui, sans doute aussi surpris qu'il ne l'était d'avoir osé se manifester.

    - Je... Je dois aussi passer à la supérette, alors je me disais que...
    - Tiens, t'es pas toujours collé avec ton frère toi ? Demanda Shouta, le plus grand du groupe, cherchant Kyuu du regard.
    - Il est en retenue, il s'est battu avec un gars d'une autre classe, expliqua Emi.
    - J'ai toujours dit qu'il était dérangé, dit alors Shouta avec un petit sourire.
    - Il n'est pas dérangé ! S'offusqua Roku. C'est l'autre qui l'a provoqué !
    - C'est marrant, d'habitude, on ne t'entend pas parler, remarqua Shinji. Pourquoi ?
    - Euh...

    Qu'était-il censé répondre à ça ? Il regrettait amèrement de leur avoir adressé la parole, il n'était pas du tout à l'aise avec eux.

    - Tu devrais te décoincer un peu. Tu peux venir, tu as l'air moins énervant que l'autre, proposa Emi.
    - Non, merci. Je viens de me souvenir que j'ai un autre truc à faire, mentit-il.
    - Ok, une autre fois peut-être.

    Les trois élèves reprirent leur route, ne lui accordant plus un regard.

    - Pourquoi tu as accepté qu'il vienne ? Entendit-il encore.
    - Bah, il me faisait un peu pitié.

    Abattu, Roku alla s'assoir sur un banc. Qu'avait-il espéré ? Il restait aux yeux des autres « toujours collé à son jumeau », et « celui qui ne parle pas ». Sans oublier qu'il ne pourrait jamais s'entendre avec des gens qui critiquaient son frère. De toute façon, vu leur manière de lui parler, il n'avait même pas l'impression qu'ils lui laissaient réellement une chance de sympathiser avec eux.

    - Je ne comprends pas. Comment un garçon mignon comme toi peut être aussi peu populaire ?

    Roku releva brusquement la tête. Un homme inconnu se trouvait à présent devant lui. Il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il lui voulait mais il avait clairement dû voir ce qu'il venait de se passer.

    - "Mignon" ? Répéta-t-il, surpris, n’ayant pas l’habitude d’être désigné ainsi.
    - Et bien, oui. Tu n'es vraiment pas moche, continua l'homme en s'asseyant sur le banc. Alors pourquoi tu sembles si seul ?

    Roku sentit sa timidité naturelle ressortir, gêné qu’un inconnu s’asseye à côté de lui et lui adresse la parole. Mais en même temps, il se sentait un peu content, qu’il ait dit le trouver mignon. D’habitude, les gens se moquaient plus de sa couleur de cheveux et des yeux qu’ils trouvaient bizarres, ou de son physique trop frêle.
    - Ils ne s'entendent pas très bien avec mon frère, avoua-t-il. Et même quand il n'est pas là, je suis trop timide...
    - Ton frère est si méchant que ça ? Continua d'interroger l'homme.
    - Non ! Il a juste donné une mauvaise première impression, et comme il est borné... Mais pourquoi ça vous intéresse de toute façon?
    - Disons qu'à cause de certains évènements, je me sens un peu seul en ce moment. Il me semblait que toi aussi, n'est-ce pas ? Alors, on pourrait se tenir compagnie.

    Roku ne savait pas trop quoi en penser. On lui avait toujours dit de ne pas parler aux inconnus, mais à première vue, cet homme semblait plutôt gentil. Il était grand et bien habillé, sans doute était-il un employé d'une boite sérieuse. Ses cheveux noirs étaient plaqués soigneusement en arrière. D'une certaine manière, il semblait classe et cool en même temps, le genre d’homme qui ne laissait pas les filles indifférentes.

    - Pourquoi vous vous sentez seul ? Finit-il par demander.
    - Continuons plutôt avec toi. Tu as donc un frère ?

    Finalement, parler avec cet homme fut plus facile que prévu. Roku lui dévoila bien plus qu'il ne l'avait prévu au départ, racontant tout ce qui lui passait par la tête, de la raison de la retenue de son frère à leurs problèmes avec le reste de la classe. L'homme l'écoutait patiemment, se montrait intéressé en posant quelques questions, trouvait même quelques mots pour le faire sourire. Du coup, Roku fut vraiment étonné lorsqu'il remarqua que l'heure était passée et que Kyuu devait déjà être à la maison. Grâce à la compagnie de cet inconnu, le temps était passé beaucoup plus vite.

    - Il faut que j'y aille, s'exclama-t-il en se levant et en prenant son portable, prêt à envoyer un message à son frère pour le prévenir de son retard.
    - D'accord, dit l'homme en l'imitant. A demain, même heure, même endroit ?
    - Comment ça ?
    - Tu as bien dit que ton frère était collé toute la semaine, n'est-ce pas ?
    - O-oui...
    - A demain alors, répéta l'homme en lui ébouriffant gentiment les cheveux.

    Roku le regarda s'éloigner, se sentant un peu bizarre. Lorsqu'il avait senti sa main se poser sur sa tête, ses joues avaient rosies. Il n'avait pas l'habitude de tels gestes d'affection, sauf bien sûr de la part de son frère, mais ce n'était pas déplaisant. La tête un peu dans les nuages, il prit le chemin de la maison.

    ***


    - Où étais-tu passé ?!

    C'est Kyuu qui le tira de son état rêveur au moment même où il posa un pied à l'intérieur de leur maison. Il semblait à la fois inquiet et en colère.

    - J'ai été au parc, répondit-il évasivement. Je vais me changer.

    Il se rendit dans sa chambre, qu'il partageait d'ailleurs encore avec son jumeau, pour enlever son uniforme scolaire. Comme il s'y était attendu, Kyuu l'avait suivi.

    - Et qu'est-ce que tu as fait, au parc ?
    - J'ai discuté avec quelqu'un, avoua-t-il en déboutonnant sa chemise.

    Il se doutait bien que son frère, très protecteur, n'allait pas du tout apprécier qu'il ait passé une heure à discuter tranquillement avec un parfait inconnu. D'ailleurs, il se rendit compte qu'il ne connaissait même pas son nom.

    - Il n'est pas dans l'école, ajouta-t-il. Mais il est sympa. Comment s'est passée ta retenue ?
    - Je me suis ennuyé à mourir ! Pendant que toi, tu t'amusais avec tes nouveaux amis !
    - Kyuu !

    Il n'arrivait pas à croire qu'il puisse être jaloux à ce point. Et égoïste pour en arriver à souhaiter qu'il s'ennuie autant que lui ! Il fallait dire que Kyuu se montrait toujours très possessif avec lui, sans doute un peu trop.

    - Déjà, ce n'est qu'une personne, et on n'est même pas amis. On s'est juste tenu compagnie. Ne me dis pas que tu m'en veux de ne pas t'avoir attendu tout seul en pleurant ?
    -Peut-être pas à ce point... Mais j'aurais cru que tu serais au moins là pour mon retour.
     
    Roku soupira doucement. Il savait qu'il n'y avait pas trente-six façons pour que son frère ne boude pas toute la soirée.

    -Désolé. Les prochains jours, je serai là bien à l'heure devant l'école.
     
    Semblant satisfait, l'ainé le laissa finir de se changer. Tant qu'il était seul, Roku repensa à cette rencontre inattendue. Que dira Kyuu lorsqu'il saura qu'il l'aura revu le lendemain ? A cette pensée, il ressentit à nouveau cette agréable sensation qu’il avait ressentie à ses côtés. Il avait hâte de revoir cet homme. Peut-être allait-il encore lui ébouriffer les cheveux ? Lui dire qu’il était mignon ? Puis, la crainte s’insinua dans son esprit. Il valait mieux ne pas espérer de trop, au risque d’être déçu. Peut-être que cet homme se lasserait vite de sa compagnie, peut-être ne serait-il même pas là demain...

    Chapitre 2
    Le lendemain fut pareil aux autres jours. Kyuu et Roku passèrent la journée à deux, isolés du reste de la classe. L'ainé semblait s'habituer à cette solitude, mais Roku continuait d'espérer que les choses s'améliorent. Si au moins le groupe de harceleurs de l'autre classe les laissaient un peu tranquilles... Heureusement, ou malheureusement dans un certain sens, ils furent ignorés toute la journée. A la fin des cours, le cadet accompagna à nouveau son frère à la salle de détention mais il ne tenta plus de rentrer avec lui. Kyuu ne semblait plus penser à l'inconnu, sans doute était-il persuadé que Roku ne le reverrait plus jamais. Lui-même commençait à y croire. L'homme avait peut-être trouvé des choses plus intéressantes à faire, ou avait tout simplement oublié. Sans doute attendrait-il une heure assis seul sur le banc. Il eut cependant très vite la réponse à sa question car l'inconnu l'attendait déjà bien calmement lorsqu'il arriva au point de rendez-vous. Toutes ses appréhensions s'envolèrent d'un coup et c'est heureux et le cœur léger qu'il alla s’asseoir en répondant à ses salutations.

    - Je me suis rendu compte que hier, nous n'avons parlé que de moi, dit Roku. Je ne connais même pas votre nom...
    - C'est vrai. Excuse-moi, je ne suis pas du genre à parler beaucoup de moi. Mais j'essayerai de faire des efforts, rajouta-t-il avec un sourire encourageant.

    Dans la conversation, Roku apprit donc qu'il s'appelait Takeshi et travaillait comme employé dans une agence d'assurances bien connue. Il était âgé de 30 ans, pourtant il trouvait qu'il faisait bien plus jeune. A part d'autres petits détails, comme le fait qu'il aimait le cinéma et les plats épicés, il n'en apprit pas autant que lui avait raconté la veille. Mais il appréciait l'effort et s'en contentait pour l'instant. Takeshi se montra aussi gentil et agréable que la veille, et Roku continuait de trouver qu'il était facile de discuter avec lui. Même sa façon de le regarder et de lui sourire lui réchauffait le cœur.
     
    - Tu sais, Roku, j'aime beaucoup passer du temps avec toi, avoua-t-il alors que le parc commençait à se vider.
    - Merci, j'aime bien passer du temps avec vous aussi, répondit-il en rougissant un peu.
     
    C'était vrai. Il adorait l'idée que quelqu'un d'autre que son frère l'apprécie et montre un intérêt envers lui. Cela lui fit remarquer plus que jamais à quel point il se sentait seul.
     
    - Tu es mignon, gentil et il y a quelque chose en toi qui m'attire beaucoup. C'est simple, depuis hier je ne pense plus qu'à toi.
    - Euh...
     
    Le jeune garçon fixa ses mains, anxieux. Ce n'était quand même pas une déclaration ? Son cœur se mit à battre plus vite à cette pensée. Mais non, c'était idiot et prétentieux de conclure ça.
     
    - Tu m'as dit que tu n'avais pas de petite amie, mais as-tu déjà pensé à l'éventualité de sortir avec un homme ?
     
    Y avait-il déjà pensé ? Oui, peut-être un peu. Mais tout le monde passait par ce genre de remise en question, non ? Cela ne voulait rien dire. Pourtant, il se sentait plus rouge que jamais. Il s'imaginait très bien aux côtés d'un homme protecteur, dans les bras duquel il pourrait se blottir à la moindre occasion. Cependant, vu sa popularité à l'école, il ne visait pas si haut et aurait été déjà bien content de simplement créer quelques liens d'amitié avant toute chose.
     
    - Je ne sais pas, arriva-t-il à balbutier.
    - Tu n'as pas envie d'essayer ?
     
    Ce n'était pas lui qui se faisait des films, c'était réellement une déclaration, n'est-ce pas ? Comme pour balayer tous les doutes, Takeshi se pencha vers lui. Ayant perdu l'usage de ses membres, le plus jeune se laissa faire.

    ***

    Tout semblait plus lumineux et joyeux, comme si ses soucis n’avaient à présent plus aucune importance. A chaque pas, Roku avait envie de sautiller. Il était heureux, tout simplement. Pourtant, arrivé devant sa maison, son enthousiasme descendit dangereusement. Kyuu avait encore dû rentrer sans lui, il n'allait pas être de bonne humeur. Surtout lorsqu'il lui avouera tout... Car oui, il ne pouvait rien cacher à son frère. De toute façon, il finirait très vite par être au courant, et ce serait pire si il le découvrait par lui-même. Un peu anxieux, le jeune garçon ouvrit la porte de chez lui. Comme il s'y était douté, Kyuu, les bras croisés en signe d’agacement, l'accueillit immédiatement.
     
    - Où tu étais ?
     
    Roku referma la porte, se sentant réellement coupable. Après tout, il avait dit qu'il le retrouverait devant l'école à présent.
     
    - Je suis désolé. J'étais avec Takeshi-san, je n'ai pas vu le temps passer.
    - Qui ça ?
    - Tu sais, l'homme de hier...
     
    Kyuu haussa un sourcil pendant que Roku déglutissait.
     
    - Qu'est-ce que tu faisais encore avec lui ?!
     
    Gagnant un peu de temps pour réfléchir à comment aborder le sujet, Roku le contourna et se dirigea vers le salon.
     
    - Tu sais, je vais... continuer à passer du temps avec lui, dit-il en s'asseyant dans le canapé. Même quand tu ne seras pas en retenue.
    - Je vois, râla Kyuu en s'asseyant également. Tu échanges quelques politesses avec lui et ça y est, c'est ton meilleur ami ?
    - En fait... Il... Il m'a demandé si je voulais sortir avec lui et... j'ai accepté.
     
    Roku ne s'était jamais rendu compte auparavant à quel point l'horloge qui pendait au mur du salon pouvait être bruyante. On n'entendait plus que son tic tac régulier, et peut-être son cœur qui battait plus fort dans sa poitrine. Kyuu avait la bouche entrouverte, attendant qu'il lui dise que c'était pour rire. Mais ça ne l'était pas. Plutôt que de se mettre en colère, l'ainé prit un air presque paternel, comme si il allait expliquer quelque chose d'évident à un petit enfant.
     
    - Roku, réfléchis deux minutes... Tu ne peux pas sortir avec quelqu'un que tu connais à peine...
    - C'est toi qui ne le connais pas ! On a déjà beaucoup discuté au parc. Il est très gentil, et sympa, et...
    - Ca ne veut rien dire, il peut faire semblant ! Le coupa Kyuu plus fermement. Tu ne peux pas connaître les vraies motivations de quelqu'un en si peu de temps.
    - Pourquoi il ferait semblant ?
    - C'est peut être juste un pervers qui cherchait une proie facile !

    Roku se sentit agacé. Pourquoi fallait-il toujours que son frère voie le mal partout ? Il prit mal également son insinuation sur sa naïveté. N’avait-il aucune confiance en lui ? Il avait juste fait connaissance avec quelqu’un au parc, ce n’était pas comme si il l’avait suivi dans une ruelle sombre en pleine nuit !

    - Je ne suis pas une proie facile !
    - Si, tu l'es ! Tu étais tout seul, un peu déprimé, il savait qu'en se montrant un peu sympa tu tomberais facilement dans ses bras !
     
    Même si il s'était attendu à ce genre de réactions, le plus jeune se sentait blessé.
     
    - Tu penses que je fais pitié ? Tu ne penses pas que quelqu'un puisse tomber amoureux de moi ?

    Voyant que ses propos lui avaient fait mal, le ton de l'ainé s'adoucit un peu.

    - Pas aussi vite ! Je suis sûr qu'il veut juste profiter de toi.
     - Tu es complètement parano, et je vais te le prouver ! Il m'a invité au restaurant demain soir, et je lui ai demandé si il voulait bien que tu viennes avec, car je savais que tu réagirais comme ça. Et il a accepté directement !
    - Ah, parce qu’en plus c'est un fanatique des plans à trois...
    - Hein ? Mais... Mais t'es... !
     
    Kyuu soupira et tapota la tête de son jumeau. L'air de rien, le fait qu'il puisse le rencontrer l'avait bien calmé, sans doute rassuré de ne pas être mis à l'écart.
     
    - Ok, ok. Je viendrai.
     
    La conversation paraissait close, Kyuu ne pouvant plus critiquer avant de pouvoir faire son propre avis le lendemain. Ce n'est que lorsqu'ils furent couchés chacun dans leur lit, la lumière déjà éteinte, que l'ainé relança brusquement le sujet.
     
    - Roku ?
    - Hm ? Marmonna-t-il, à moitié endormi.
    - Je viens de me rendre compte... Tu veux sortir avec un homme... Donc, tu es gay ?
    - On dirait bien... C'est la première fois que je ressens quelque chose comme ça en tout cas.
    - Il ne faut pas que les gens de l'école l'apprennent. Ils risqueraient de s'en prendre encore plus à toi.
    - Je sais. Je ferai attention.
    - Je serai toujours là pour te protéger de toute façon.
     
    Roku fut un peu ému. Au fond, Kyuu ne faisait que prendre soin de lui. Il s'énervait peut-être trop facilement, et il était parano, mais c'était parce qu'il ne voulait que son bien. Demain, lorsqu'il rencontrera Takeshi, il verra qu'il pourra avoir confiance en lui, et il ne s'énervera plus. Rassuré et plus serein, il se retourna, prêt à s'endormir.

    Kyuu, lui, prit plus de temps à s’endormir. Ses yeux fixaient un point dans l’obscurité, alors qu’il était perdu dans ses pensées. Bien sur, il savait qu’un jour, Roku risquait de tomber amoureux, voire qu’il sortirait avec quelqu’un. Mais il ne s’attendait pas à ce que ce soit si soudain. Il y avait quelques jours encore, il ne parlait à personne d’autre qu’à lui, alors il pensait ne pas avoir à s’inquiéter pour l’instant. Son estomac se noua à l’idée que son jumeau puisse commencer à passer plus de temps avec quelqu’un d’autre qu’avec lui. Une douleur qu’il ne connaissait pas lui serra le cœur. Il souffrait à l’idée que son petit frère puisse se blottir dans les bras d’un autre, lui tenir la main, lui montrer les sourires qu’il ne montrait d’ordinaire qu’à lui… Et pendant qu’ils se verraient, que devrait-il faire, lui ? Il se retrouverait plus seul que jamais… Il ressentit même un élan de colère envers son jumeau. Comment pouvait-il envisager de le délaisser ainsi ? Lui ne supporterait pas de le laisser seul délibérément ! Il soupira, évacuant au mieux sa colère. De toute façon, c’était trop soudain, cela cachait forcément quelque chose. Roku était juste trop naïf. Cette histoire ne durerait sûrement pas, et lorsque son frère s’en rendra compte, il sera là pour le réconforter, et tout redeviendra comme avant.

    Chapitre 3
    Le lendemain, lorsque Roku revint de son rendez-vous quotidien avec Takeshi, Kyuu ne l'attendait plus derrière la porte. Il était installé dans le divan, regardant distraitement la télévision, mais ça ne l'empêcha pas de lui poser des questions dès qu'il s'approcha de lui.
     
    - Alors ? Comment ça s'est passé ?
    - Très bien, répondit simplement Roku. Et toi ?
    - On s'en fout de moi ! Je suis en retenue, que veux-tu qu'il m'arrive ? Je veux savoir tout ce que tu fais avec lui !
    - Et bien, euh, on s'est embrassé...
     
    Cette simple révélation sembla ne pas plaire du tout à Kyuu, alors il rattrapa vite le coup.
     
    - Enfin, on a surtout parlé. Voilà.
    - Si jamais il ne me plait pas, tu arrêteras de sortir avec lui ? Demanda-t-il sérieusement.
    - Tu ne l'as même pas encore rencontré ! Tu vas voir ce soir, je suis sûr que même toi tu ne trouveras rien à redire.
     
    Pendant qu'il se préparait pour sortir, Roku se sentait incroyablement anxieux. Déjà, c'était la première fois qu'il était invité au restaurant. Mais aussi, il craignait que Kyuu se montre injuste avec Takeshi. Connaissant son frère, il serait capable de gâcher la soirée en essayant de prouver qu'il avait raison. Et puis, le moindre détail le faisait douter. Il n'arrivait pas à décider ce qu'il allait mettre. Il dévalisa l'armoire et opta finalement pour un pantalon simple et une chemise de Kyuu.
     
    - Il a dit de ne pas nous mettre sur notre trente-et-un, dit-il en se regardant dans le miroir, ayant entendu son frère entrer dans la chambre. Mais c'est peut-être trop simple ? Tu me trouves comment ?
    - Très... bien, répondit-il évasivement en remettant de l'ordre dans l'armoire.
    - Tu as hésité ?
    - Non, c'est juste que, je trouve que tu en fais trop.
     
    Roku hésita un instant, se disant que c'était le meilleur moment pour en parler.
     
    - Moi j'aimerais bien que toi, tu fasses un effort. Je voudrais que tu lui laisses réellement une chance. Que tu n'essayes pas de le pousser à bout... Si tu le fais fuir, je serais vraiment triste...
     
    Kyuu soupira en refermant l'armoire. Il ne voulait surtout pas que son petit frère le déteste. Avait-il vraiment le droit de gâcher ses relations avec les autres ? Non. Même si il n'en pensait pas moins.
     
    - D'accord. Je ne tenterai pas de le faire fuir.
     
    Se sentant un peu plus rassuré, le cadet le remercia en embrassant furtivement sa joue.
     
    - Super ! Prépare-toi maintenant, on va bientôt y aller.
     
    Lorsqu'il quitta la chambre, Kyuu toucha doucement sa joue en soupirant une deuxième fois. Il devrait sans doute vraiment prendre du recul et ne pas partir avec un a priori au rendez-vous. Cependant, il savait que même si il était aussi parfait que Roku ne le décrivait, il ne pourrait pas apprécier Takeshi. Comment pourrait-il accepter quelqu'un qui lui enlève son jumeau ?
     
    Kyuu et Roku marchaient vers le petit restaurant quelques rues plus bas que leur maison. Le plus jeune jubilait malgré son anxiété, l'autre n'exprimait pas un grand enthousiasme. Ils étaient censés se retrouver à l'intérieur du restaurant, et lorsqu'ils y entrèrent, Roku remarqua directement que Takeshi était arrivé le premier.
     
    - C'est lui, souffla-t-il à son frère.
     
    Mais lorsque Kyuu vit la table désignée, il se stoppa net.

    - Non, lâcha-t-il catégoriquement.
    - Hein ?
    - Hors de question !
    - Mais... Fit Roku, confus. Pourquoi?

    Son frère semblait prêt à laisser une chance à Takeshi il y a encore quelques secondes. Alors pourquoi ce brusque changement ? Il eut la réponse bien vite.

    - Quel âge il a ? Il est beaucoup plus âgé que toi !
    - Il... Il a 30 ans, ce n'est pas tant que ça... Se défendit Roku. Et de toute façon, je trouve que ce n'est pas important... N'oublie pas que tu avais dit que tu ferais un effort !
    - Mais...
    - S'il te plait !
     
    Kyuu serra les dents. C'était au prix d'un grand effort qu'il n'allait pas crier sur cet homme de laisser son frère tranquille. Justement, Takeshi avait tourné la tête vers eux et attendait, curieux.
     
    - Roku, reprit l'ainé en bouillonnant de colère, je ne pense pas qu'un homme de cet âge recherche une relation saine avec un jeune comme toi. C'est malsain. Je t'avais dit que c'était sûrement qu'un pervers ! Viens, on s'en va.
     
    Il attrapa son jumeau par le poignet et l’entraîna vers la sortie, mais une fois arrivés dehors, ce dernier résista.
     
    - Tu ne l'as même pas rencontré !
    - Pas besoin, je sais qu'il n'est pas fait pour toi !
    - Ce n'est pas à toi de le décider !
     
    Les gens qui se promenaient dans la rue tournaient la tête vers eux, mais ils n'y firent pas attention, c'était déjà mieux que de faire une scène dans le restaurant. A présent aussi en colère que lui, Roku se libéra.
     
    - Tu es juste borné ! Son âge n’est pas si important, tu as juste pris le premier prétexte pour le détester ! Tu n'as qu'à rentrer, toi. Moi, je reste avec Takeshi-san !
    - Tu préfères rester avec un homme que tu connais à peine ?!
    - Oui !

    La réponse était sortie naturellement mais il regretta d'avoir été si tranché lorsqu'il vit que ça blessait son frère. Néanmoins, il resta campé sur sa position, ne comptant pas se laisser faire sur ce coup-là. Pendant un moment, Kyuu sembla à court de mots, peu habitué à voir son petit frère lui tenir tête. Ils s'affrontèrent encore du regard quelques instants lorsque l'ainé tourna les talons. Même si il avait gagné, le cadet n'en était pas du tout satisfait. Il aurait voulu le rattraper, lui faire comprendre ce qu'il ressentait, mais il se contrôla et se dirigea plutôt vers le restaurant. C'était Kyuu qui était en tort après tout. C'était lui qui devrait le rattraper en s'excusant d'être si injuste. Takeshi n'avait pas bougé, mais il semblait rassuré en voyant Roku revenir.

    - Kyuu est parti ? Demanda-t-il.
    - Hm… J’aurais dû le prévenir pour votre âge… Il n’a pas confiance en vous...
    - Ce n'est pas grave, il lui faut peut-être un peu de temps. Assieds-toi.

    Roku hésita réellement. Il se sentait mal, d'avoir contrarié et blessé son frère, d'être retourné auprès de Takeshi en délaissant délibérément son jumeau. Il risquait de lui en vouloir énormément.

    - Roku, tu as dit toi-même que ça risquait d'être difficile. Mais tu dois aussi penser à ton bonheur à toi. Et si tu ne le brusques pas un peu, il risque de ne jamais te laisser partir. Il faut qu'il comprenne que tu as le droit de voir d'autres personnes que lui !
    - Vous... Vous avez sans doute raison.

    Finalement, il s'assit. Autant il se sentait coupable, autant il devait avouer que Kyuu l'avait terriblement déçu. Il n'avait même pas pris la peine de rencontrer Takeshi. Il restait borné, alors qu'il savait que c'était important pour lui.

    - C’est dommage, j’aurais bien aimé discuter avec lui, reprit Takeshi, semblant un peu déçu. Quand tu m’as demandé à ce qu’il puisse venir aussi, et avec tout ce que tu m’as dit sur sa possessivité, je me suis douté que cette rencontre serait importante…
    - Je suis désolé, répondit automatiquement Roku.

    Takeshi secoua la tête.

    - Tu n’as pas à être désolé. Je suis juste déçu de ne pas avoir pu le convaincre. Je parie qu’il va tout faire pour qu’on rompe maintenant, n’est-ce pas ?

    Le cadet tordait la nappe sous la table. Oui, Kyuu ne laisserait pas cette histoire comme ceci, il ferait tout pour mettre un terme à cette relation. Mais il ne supportait pas l’idée de perdre le premier homme qui était tombé amoureux de lui juste parce que son frère l’avait décidé.

    - Il sait qu’il est très important pour toi, continua de déduire Takeshi, et il va sans doute s’en servir pour que tu fasses ce que lui veut, et non toi.
    - Je… Je le convaincrai ! Répondit Roku. Et même si il reste borné, je ne céderai pas cette fois !

    Takeshi sourit, satisfait et rassuré.

    - J’espérais entendre une réponse comme ça. J’avais peur que tu ne veuilles plus de moi.
    - Je veux toujours de vous, balbutia maladroitement le cadet en rougissant.

    Ce ne serait pas facile, mais il était déterminé à ne pas céder Takeshi pour Kyuu. Takeshi avait raison, si il ne faisait rien, son frère ne le laisserait jamais voir d’autres personnes car personne ne serait assez bien pour lui. Il adorait Kyuu, mais il voulait sortir de leur bulle de solitude. En espérant que ce soit bénéfique pour son jumeau aussi.

    - Tu es très élégant, le complimenta Takeshi pour changer de sujet.

    Le plus jeune sourit à son tour. Quitte à être resté, autant en profiter pour passer une bonne soirée. Heureusement, Takeshi semblait ne pas le tenir responsable du comportement impoli de son jumeau. Il essayait même de lui faire oublier cet incident, se montrant aussi gentil et agréable que d'habitude.

    Lorsqu'ils sortirent du restaurant, l'inquiétude qui s'était cachée quelque part durant le repas remonta d'un coup. Il n'était pas sûr de vouloir refaire face à Kyuu. Takeshi dut sentir son hésitation car il resta près de lui.

    -Je te proposerais bien de dormir chez moi, avoua-t-il. Mais je ne pense pas que ça arrangerait la situation, au contraire.
    -N-non... Mais merci...

    C'est donc seul que Roku rentra chez lui. La maison était silencieuse et plongée dans l'obscurité. Kyuu ne l'avait sans doute pas attendu et était parti se coucher. A moins qu'il ne soit pas rentré ? Inquiet à cette pensée, Roku monta rapidement les escaliers sur la pointe des pieds. En ouvrant la porte de sa chambre, il se rassura en voyant la silhouette familière de son frère couchée dans son lit. Il ne savait pas comment il aurait réagi si il n'avait pas été là. Rien qu'émettre cette hypothèse l'horrifiait. Mais il était bel et bien là, même si il lui tournait le dos. Bien qu'il savait qu'il ne dormait pas, le cadet fit le moins de bruit possible en traversant la chambre. Lorsqu'il eut enfilé son pyjama, il retourna auprès de son frère. Après y avoir réfléchi, il s'était dit qu'il ne voulait pas attendre que Kyuu s'excuse, car borné comme il était, cela pourrait prendre du temps. Sauf que lui ne supportait pas cette situation et voulait la régler au plus vite.
     
    - Kyuu ? Je sais que tu ne dors pas.
    - Je t'ai dit que cet homme était dangereux, et tu ne m'as pas écouté, lâcha l'ainé sans se retourner, visiblement encore très remonté. Tu as dit que tu préférais passer du temps avec lui ! Et bien, vas-y, mais ne me parle plus !
     
    Le cadet serra les poings, ayant compris la stratégie de son jumeau. Il devait être persuadé qu'il gagnerait si il devait choisir entre lui et Takeshi, donc il s'en servait pour faire du chantage. Il devait vraiment être blessé qu'il ait choisi son adversaire plutôt que lui un peu plus tôt.
     
    - Je continuerai à voir Takeshi-san, même si tu ne me parles plus.
     
    Roku attendit un moment au milieu de la pièce, immobile, mais Kyuu ne répondit plus. Un peu maladroitement dans la pénombre, il rejoignit son propre lit, le cœur serré. C'était mieux comme ça, se répéta-t-il pour se convaincre. Kyuu allait finir par accepter qu'il s'éloigne un peu, c'était nécessaire qu'il passe par là.


    Chapitre 4
    Le lendemain, le petit-déjeuner se passa dans un silence pesant. Kyuu le niait réellement et lui-même n'entama pas la conversation. Mais malgré son silence, Roku continuait de rester à ses côtés, pensant qu'il finirait bien par se rendre compte que ce chantage était stupide et recommencerait à échanger quelques paroles avec lui. Malheureusement, en sortant de la salle de classe à midi, Kyuu lui prouva que son entêtement était sans limite.
     
    - Si tu n'as pas besoin de moi, arrête de me suivre partout !

    Son ton était froid, mais il ne pouvait pas cacher que ça lui faisait mal de lui dire ça. C'était tellement évident qu'aucun des deux ne désirait cette situation et attendait que l'autre réagisse pour y mettre un terme. Sauf qu'aucun des deux ne voulait céder le premier. Kyuu ne se comportait comme ça que pour qu'il abandonne Takeshi, et il lui en voulait de faire un tel chantage. Il ne pouvait pas accepter ça, il devait garder sa conviction.

    - Très bien, répliqua-t-il donc en faisant demi-tour.

    Il lui était très difficile de ne pas se retourner alors qu'il s'éloignait. Kyuu le regardait-il encore ? Il n'avait pas envie de manger seul et espérait qu'il le retienne. Cependant, il tourna au coin du couloir sans être arrêté.
    Manger seul n'était vraiment pas agréable. Il s'était installé dehors, sous un arbre sur la pelouse, mais il avait l'impression que tous ceux qui passaient le jugeaient d’un regard moqueur. En tout cas, ça ne pouvait pas être pire que de manger seul à la cafétéria. Alors qu’il finissait de manger, il s’inquiéta de voir passer une partie du groupe d’élèves de l’autre classe qui s’en prenaient souvent à Kyuu et à lui. Malgré ses supplications silencieuses, le groupe le remarqua et, après quelques échanges de paroles et de sourires, ils se dirigèrent vers lui. Il s’agissait de quatre garçons, tous mieux battis que lui, et il les détestait de tout son cœur.

    - Qu’est-ce qu’il se passe ? Lança l’un d’entre eux lorsqu’ils arrivèrent sous l’arbre. Tu t’es disputé avec ton jumeau chéri ?

    - C’est lequel, en fait ? Demanda un autre.

    - On va vite le savoir.

    Akito, que Roku considérait comme le chef du groupe, s’assit à côté de lui, passant son bras autour de ses épaules. Le cadet était paralysé. Les seules fois où ils en venaient aux mains, c’était lorsque Kyuu s’énervait et les défendait. Mais Kyuu n’était pas là. Etait-ce une bonne chose, ou risquaient-ils d’en profiter pour aller plus loin ? Il n’osa rien dire, préférant attendre qu’ils se lassent et partent.

    - C’est le plus jeune ! S’esclaffa le chef, imité par ses camarades. L’autre aurait déjà réagit, n’est-ce pas ?

    - Qui a soif ? Demanda Morihiro, l’un d’entre eux, en s’emparant de sa boisson.

    Ils finirent rapidement son repas sous ses yeux, continuant à le railler, Akito le gardant bien sous son bras. Roku continuait d’espérer que Kyuu apparaisse et prenne sa défense, mais en vain. Il devait se trouver quelque part à l’intérieur de l’école, sans se douter de ce qu’il se passait.

    - On dirait qu’il va pleurer !

    - Alors, on fait moins son malin quand l’autre survolté n’est pas là, hein ?!

    - Qu’est-ce qu’il se passe, tu as perdu ta voix ?

    Ils ouvrirent le sac de Roku et le vidèrent sur la pelouse. D’autres élèves passèrent devant l’arbre, mais aucun n’intervint, semblant tous très absorbés par leurs conversations. Morihiro trouva sa paire de ciseaux et s’en empara.

    - Faisons-lui une nouvelle coupe, on les différenciera plus facilement !

    - Bonne idée !

    - Non !

    Roku tenta de se relever, mais Akito le retint.

    - Enfin il réagit !

    - Ca devient marrant !

    - Laissez-moi tranquille !! Hurla Roku, espérant que quelqu’un l’entende et intervienne.

    Akito lui tirait les cheveux pendant que Morihiro s’approchait, sous les rires des autres.

    - Qu’est-ce qu’il se passe ici ?

    Un professeur s’approchait et aussitôt, la paire de ciseaux disparut des regards, et Roku se retrouva libre de ses mouvements.

    - Rien de spécial, Monsieur, répondit Akito avec un petit sourire.

    - Allez jouer ailleurs.

    Le groupe de quatre, satisfait, s’éloigna en discutant tranquillement. Roku commença à ranger ses affaires dans son sac, sous le regard indifférent du professeur.

    - Tu sais, on ne s’en prendrait pas à toi si tu faisais quelques efforts…

    Le professeur le laissa sans un mot de plus, et Roku se retrouva à nouveau seul, abattu. Il avait terriblement honte de ce qu’il venait de se passer, il n’avait absolument rien pu faire pour se défendre. Il espérait que peu de monde l’avait vu, et surtout que jamais Takeshi ne l’apprenne. Par contre, il voulait au plus vite retrouver Kyuu, le réconfort de sa présence et sa protection. Sans doute devinerait-il très vite ce qu’il s’était passé, et qu’il regretterait de l’avoir laissé seul, et qu’il abandonnerait ce chantage stupide...
    Mais Kyuu l'évita et le nia tout le reste de la journée. Alors, lorsque le plus jeune rejoignit Takeshi pendant sa retenue, il était au bord des larmes.

    - Kyuu m'évite ! Il ne veut pas me parler tant que je vous verrai, expliqua-t-il, abattu. Il se sert de mon attachement pour lui pour me contrôler comme il veut, comme vous l’avez prédit !
    - C'est bien, que tu t'en rendes compte, disait calmement Takeshi. Ne te laisse pas faire, montre-lui que tu n'es pas son objet.
    - Mais si il restait borné ? Insista le plus jeune, désespéré.
    - Roku, si tu perds maintenant, tu lui confirmeras qu'il peut faire ce qu'il veut de toi. Prends un peu sur toi et attends qu'il se remette en question, c'est tout ce que je peux te dire. Je n'ai pas trop envie d'encore parler de ton frère pendant des heures.

    Cette remarque le toucha un peu. Il s'était déjà inquiété de trop parler de Kyuu. Comme il passait tout son temps auprès de lui, c'était normal qu'il occupait ses sujets de conversations. Cependant, c'était la première fois que Takeshi exprimait son agacement à ce sujet.

    - Désolé...

    Takeshi passa ses bras autour de son dos et l'attira contre lui, embrassant gentiment son front.

    - Ne t'excuse pas, je sais que ce n'est pas facile pour toi. Mais c'est toi qui m'intéresse, pas ton frère, tu comprends ? Il faut profiter des moments où on se voit.

    Roku hocha la tête, non sans être un peu déçu. Il aurait préféré continuer de parler de Kyuu, ce sujet lui pesant sur le cœur en ce moment, mais il ne voulait pas embêter Takeshi avec ses problèmes.

    - Qu'est-ce qu'on va faire aujourd'hui ? Demanda-t-il alors pour changer de sujet.
    - J'aimerais bien qu'on se pose dans un endroit calme, juste tous les deux. On n'est toujours sorti que dans des lieux publics pour l'instant, j'ai envie d'un peu plus d'intimité.
    - Je veux bien, mais où on pourrait aller ?
    - Si tes parents sont toujours en voyage d'affaire et ton frère en retenue, il n'y a personne chez toi n'est-ce pas ? C'est beaucoup plus près que chez moi.

    Le plus jeune hésita, sachant que Kyuu lui en voudrait de le laisser rentrer chez lui. Mais il n'en saurait rien. Il devait arrêter de toujours penser à son frère.

    - C'était juste une proposition. Si ça te met mal à l'aise...
    - Non. C'est une bonne idée, allons chez moi.

    Heureusement, comme leurs parents rentraient ce soir, les jumeaux avaient nettoyés et mis en ordre la maison la veille. Même si aucun des deux n'aimait vivre dans la saleté et qu'ils faisaient un effort pour vivre dans un endroit convenable, il était soulagé que Takeshi venait un jour où la maison était particulièrement propre.

    -Vous pouvez vous installer, dit Roku en désignant le divan. Vous voulez boire quelque chose ?
    -Arrête d'être si formel avec moi. Tu me fais me sentir vieux ! Plaisanta Takeshi en l’entraînant avec lui dans le divan.

    Bien qu'un peu gêné par cette proximité, Roku sourit et se laissa aller contre lui. Takeshi le câlinait de plus en plus, et c’était particulièrement agréable. C'est vraiment à contrecœur qu'il lui demanda de partir à l'heure de la fin de la retenue de Kyuu, mais il ne voulait surtout pas prendre le risque que son jumeau voie Takeshi dans son salon. Ce dernier comprit et, après un dernier baiser, laissa le cadet attendre le retour de son frère. Il pensait que comme Kyuu l'évitait, il n'aurait peut-être pas trop de mal à cacher le fait que Takeshi soit venu chez eux. Cependant, lorsque son jumeau rentra, il sembla étonné qu'il soit là avant lui et ça suffit pour qu'il s'intéresse à lui.

    - Tiens, t'es déjà plus avec ton Takeshi-chéri ?
    - Je croyais que tu ne me parlais plus ?
    - Je pensais que tu en profiterais maintenant pour rester avec lui plus longtemps, pourtant c'est la première fois que tu rentres avant moi. Alors j'espérais que tu avais compris et l'avait laissé tomber.

    Il allait se diriger vers la cuisine lorsqu'il hésita.

    - Je t'en veux beaucoup, mais je ne veux pas que tu sois blessé. Alors n'hésite pas à venir me voir si Takeshi se comporte mal avec toi.
    - C'est toi qui te comporte mal avec moi en ce moment, remarqua Roku, agacé.
    - Je m'en fous de ce que tu penses, je voulais que ce soit clair. Je veux aussi te dire de ne pas faire de bêtise juste pour m'affronter. Et si Takeshi ne veut pas attendre au moins un mois avant de coucher avec toi, c'est qu'il ne tient pas à toi.
    - C-comme si j'allais faire une chose pareille aussi vite !
    - Tu serais capable de le faire même si tu ne veux pas, juste pour ne pas le décevoir...
    - Non, je préférerais rompre que de me forcer. Je suis sûr qu'il comprendrait et attendrait.

    Semblant tout à coup beaucoup plus soulagé, Kyuu le laissa finalement. Il devait se dire que non, Takeshi ne comprendrait pas, et que leur relation se finirait aussitôt. Mais Roku n'y croyait pas une seule seconde. Déjà, Takeshi était très gentil, il ne le pousserait pas à faire quelque chose qu'il ne souhaiterait pas. Mais en plus, il n'avait même pas encore fait le moindre geste qui montrait qu'il voulait passer à l'acte, ils avaient du temps devant eux.
    Le téléphone se mit tout à coup à sonner et Kyuu, le plus près, alla décrocher. Roku l'écouta répondre aux questions de leur mère qui se demandait si tout allait bien, si ils avaient de bonnes notes, pourquoi il était en retenue...

    - Ils ne rentrent pas ce soir, annonça-t-il en raccrochant. Ils prolongent leur voyage d'une semaine.
    - Ah, d'accord.

    Cela n'avait rien de vraiment surprenant, ce n'était pas la première fois que leurs voyages se prolongeaient. Mais il était un peu déçu qu'elle n'ait pas au moins demandé à lui parler. Même si il n'avait pas grand chose de plus à dire que Kyuu ne l'avait fait, et qu’aucun des deux n’était très proche de leurs parents souvent absents, ça lui aurait plu de discuter un peu. Le fait de ne plus pouvoir discuter comme avant avec son jumeau le faisait se sentir seul, et ce malgré qu'il avait maintenant Takeshi.

    Chapitre 5
    Le lendemain, lorsque Roku annonça à Takeshi qu'il pouvait encore venir chez lui si il le voulait vu l'absence prolongée de ses parents, il sembla heureux qu'il lui propose de lui-même et accepta avec plaisir.

    - Pas de changement pour Kyuu ? Demanda-t-il en chemin.
    - Non, avoua Roku en essayant de ne rien laisser paraître. J'ai trouvé un couloir désert pour le temps du midi, comme ça on ne me voit pas manger seul.
    - Tu sais que tu pourrais aussi en profiter pour te rapprocher d'autres personnes... Tu es peut-être timide, mais tu es vraiment gentil. Ton plus gros problème, c'est ton frère, sans lui tu t'intégrerais facilement.
    - Je ne considère pas Kyuu comme un problème ! S'offusqua-t-il, ne voulant surtout pas que son jumeau pense une chose pareille.
    - Tu dis ça juste pour ne pas le blesser. Mais bon, n'en parlons plus.

    Ils étaient arrivés devant la maison et Roku se força d'oublier cette conversation pour ne pas paraître agacé. Kyuu pouvait avoir le pire comportement du monde, il n'appréciait toujours pas qu'on le critique. Et pourtant, il était incapable de défendre le comportement actuel de son frère. Il espérait que son jumeau se remette vite en question, pour que Takeshi ait une meilleure image de lui au plus vite.

    - Tu me montres ta chambre ? Demanda Takeshi, curieux, avant qu'ils n'aillent dans le salon.
    - Euh... Ok...

    Un peu gêné, le plus jeune l’entraîna dans sa chambre. Takeshi ne fit pas de remarque mais demanda lequel était son lit, pour ensuite s'y asseoir et faire signe à Roku de l'y rejoindre. C'est ce qu'il fit, et le plus âgé commença alors à l'embrasser. Mais Roku se rendit directement compte que ce n'était pas comme d'habitude. Lorsque Takeshi l'allongea sur le lit, il eut un mouvement de recul.

    - Tu as peur ? Demanda-t-il.
    - P-pourquoi tu demandes ça ? Balbutia Roku, inquiet de se douter où il voulait en venir.

    Takeshi rit un peu mais ne se redressa pas.

    - Je crois que tu le sais très bien. C'est normal d'avoir peur la première fois, mais tu as confiance en moi non ?
    - Il... Il faut au moins attendre un mois ! Lâcha Roku, se souvenant des paroles de son frère.
    - Pourquoi ? S'étonna à son tour Takeshi.

    Mort de gêne, et sans doute aussi rouge qu'une tomate, Roku secoua la tête. Si il disait que c'était pour convaincre Kyuu, il lui dirait encore qu'il se faisait manipuler.

    - Tu sais, j'attendrai que tu sois prêt, finit par reprendre Takeshi. Mais tu n'auras pas moins peur même si tu attendais plusieurs mois, tu ne fais que stresser davantage. Et puis...

    Il attrapa la main du plus jeune et la conduisit jusqu'à son entre-jambe. Encore plus gêné si c'était possible, Roku récupéra sa main.

    - J'ai vraiment envie de toi, alors ne me fais pas attendre trop longtemps.
    - Je suis désolé...

    Finalement, Takeshi se redressa. Malgré qu'il était soulagé de savoir qu'il était prêt à attendre, Roku culpabilisait un peu de sans doute le décevoir. C'était normal, il avait 30 ans, ça devait être quelque chose de naturel pour lui, il aurait dû y penser.

    - Est-ce que... Tu as eu beaucoup de conquêtes avant moi ? Demanda-t-il alors.
    - Ce n'est pas important, Roku. Je n'ai pas envie d'en parler.

    Roku s'était déjà demandé si il sortait tout juste d'une rupture difficile, mais il ne semblait toujours pas vouloir lui dévoiler plus sur son passé. Ne voulant pas l'embêter, il n'insistait jamais. Il chercha donc un autre sujet de conversation, jetant sans pouvoir s'en empêcher un coup d'oeil vers l'entre-jambe de son petit-ami.

    - Tu hésites quand même ? Demanda-t-il avec un petit sourire. Si tu veux y aller doucement, il existe d'autres moyens, plus faciles, pour me soulager.
    - Je... Je ne sais pas si je...
    - Je t'apprendrai.

    ...
    ***


    Encore un peu sous le choc de ce qu'il venait de faire, Roku attendait dans le divan le retour de Kyuu. Ce qui arriva encore plus vite qu'il ne le pensait. Son grand frère se posta directement devant lui, déjà en colère, et il se leva pour lui faire face.
     
    - J'ai vu Takeshi sortir de chez nous. Tu l'as laissé entrer ici ?!
    - Oui. Déjà hier, avoua-t-il.
    - T'es idiot ou quoi ?! Il aurait pu te faire n'importe quoi !
    - Justement... On a parlé de... tu sais quoi. Et il est d'accord pour attendre.
    - Vraiment ?

    Kyuu l'observa quelques instants et il attendit, anxieux. Il préféra ne pas raconter qu'ils n'avaient pas rien fait non plus.

    - Tu peux me redire ça en me regardant dans les yeux ?

    Roku ne put s'empêcher de déglutir. Il n'arriverait pas à cacher son trouble, surtout pas à lui. Kyuu lisait en lui comme dans un livre ouvert.

    - Il a dit qu'il voulait bien attendre, répéta-t-il rapidement en fixant un point entre ses yeux.
    - Vous n'avez rien fait ?
    - Rien, répondit-il d'une voix qui ne lui semblait pas assez assurée.

    Kyuu s'avança du pas qui les séparait et l'attrapa par les épaules.

    - T'es un très mauvais menteur ! Qu'est-ce que vous avez fait ?!
    - J-je l'ai juste... aidé...
    - COMMENT CA, TU L'AS AIDE ?!
    - I-il a dit qu'il était près à attendre, je pouvais au moins faire ça pour le remercier !
    - Ouais mais si tu le soulages quand même en attendant, ça ne compte pas ! T'es vraiment idiot ! Je... Je ne le laisserai plus jamais te toucher !

    Il était tellement énervé qu'il paraissait fou. Roku savait qu'il ne disait pas ces paroles à la légère et qu'il allait réellement empêcher Takeshi de l'approcher.

    - Tu n’as pas le droit de te mettre entre nous !

    - Si, j’ai le droit ! Je fais ça pour te protéger, tu…

    - Ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas pour moi que tu fais ça, c’est parce que toi tu as peur de te retrouver seul !
     
    Roku se dégagea de son emprise et se dirigea vers la porte. Il était déjà à bout de nerf que son frère le niait ainsi, et maintenant qu’il s’énervait contre lui dans un moment où il aurait particulièrement besoin de son soutien, il se sentait profondément blessé.
     
    - J'en ai assez ! Cria-t-il. Ne viens plus me voir tant que tu ne te seras pas remis en question !
     
    Il sortit et claqua la porte derrière lui. Son frère était tellement possessif avec lui que ça en devenait malsain, lui-même s'en rendait compte, et si la seule façon de le gifler mentalement était de partir, il était prêt à le faire.
     
    - Roku ! Attends ! S'il te plait, reviens !
     
    L'ainé avait rouvert la porte mais ne se lança pas à sa poursuite. Roku continuait sa marche sans se retourner. Il aurait dû faire ça beaucoup plus tôt, prendre le dessus sur la situation. Il sentait déjà que Kyuu était prêt à abandonner.
     
    - Tu l'aimes à ce point plus que moi ?
     
    Roku accéléra le pas, puis se mit à courir. Si seulement Kyuu n'était pas aussi jaloux, tout aurait été bien plus facile. Sortir avec quelqu'un n'était pas censé l'éloigner de lui, c'était à cause de lui que ça se passait comme ça ! Il ne ralentit que beaucoup plus loin et réfléchit à la situation, haletant. Il ne pouvait plus faire marche arrière. Il voulait voir Takeshi, mais il ne connaissait pas son adresse. Il n'avait même pas son numéro de téléphone. Mais il savait où il travaillait. Peut-être restait-il encore quelques employés qui pourraient le renseigner ? Avec cette idée en tête, il alla prendre le métro, ayant heureusement un peu d'argent sur lui.

    Kyuu regrettait déjà de ne pas l’avoir poursuivi. Mais il n’avait pas osé. Il essaya de se convaincre que Roku se trompait, que ce n’était pas par égoïsme qu’il agissait comme ça mais bien pour le protéger, mais il n’en était plus aussi convaincu. C'était vrai, il avait peur de voir son jumeau s'éloigner. Il ne voulait pas se retrouver seul, il préférait que Roku ne reste qu'à lui. Il se sentait tellement blessé qu'il en était venu à nier son frère, espérant qu'il ressente la même douleur que lui et revienne auprès de lui. Il attrapa sa tête dans ses mains, perdu. Qu’avait-il fait ? Au lieu de récupérer son petit frère, il l’avait fait fuir. Il était conscient que son chantage était enfantin, mais il avait cru… Il avait cru que Roku tenait tellement à lui qu’il aurait laissé tomber cet inconnu pour lui. Mais il aimait cet homme, au point de lui tenir tête, lui qui d’habitude l’écoutait sans se poser de questions. Lui qui était si timide avait même fait quelque chose de gênant pour soulager l’homme qu’il aimait. Roku prenait son indépendance… et il détestait ça. Avec horreur, il se rendit compte que ce n’était sans doute pas normal, qu’il aurait dû au contraire l’encourager.

    - Mais cet homme est dangereux, murmura-t-il pour essayer de se convaincre.

    Et si il ne l’était pas ? Avait-il le droit d’empêcher Roku de s’épanouir uniquement parce que lui avait peur ?

    ***

    Au moment où Roku arrivait devant les bureaux de l'entreprise, deux hommes sortaient de la porte principale et il se jeta sur eux.
     
    - Excusez-moi, connaissez-vous un Takeshi qui travaille ici ?
    - Oui, mais il est rentré depuis longtemps, répondit un des deux.
    - J'ai besoin de le contacter.
     
    Les deux hommes s'échangèrent un regard.
     
    - Je ne peux pas te donner son numéro comme ça, mais je peux l'appeler pour toi, déclara le premier homme.
    - Ce sera suffisant ! Merci beaucoup !
     
    L'homme chercha dans son répertoire, appela le numéro et lui tendit le portable. Roku attendit, impatient, mais c'est une voix de femme qui lui répondit.
     
    - Allo ?
    - Euh, est-ce que Takeshi-san habite ici ?
    - Oui, c'est sa femme à l'appareil.
     
    Roku serra le téléphone, se demandant si il s'agissait d'une erreur. Peut-être qu'un autre Takeshi travaillait ici ? Car ça ne pouvait pas être vrai, il n'était pas marié... Les deux hommes attendaient près de lui et il leur tourna le dos pour ne pas montrer son trouble.
     
    - Allo ? Que lui voulez-vous ? Insista la voix féminine.
    - Donne. Allo ? Qui est-ce ?
     
    Cette fois, c'était bel et bien la voix de Takeshi et sa gorge se serra. Ce n'était pas une erreur.
    « Modifié: 18 juin 2017, 20:05:15 par Hakuro-Kaoru »
    Fiche de mes UTAUloids : ici - Avatar : FabulousFennekin - Signature : 

    Hors ligne Youkoulélé

    • Thaïlandais
    • Kocchi New User
    • *
    • Messages: 12
    • Karma: 0
    • Youkoulélé est bien aimé.
    • Sexe: Homme
    • "ผมชอบ Vocaloids" Buddha
      • Voir le profil
    Re : J’aime écrire des histoires. Surtout avec des jumeaux.
    « Réponse #2 le: 19 juin 2017, 03:29:11 »
    Quelle histoire ! Bravo ! :D
    Le style d'écriture est très plaisant à lire et la forme est agréable. L'introduction des personnages et des enjeux sont efficaces. Bref, je me suis littéralement laissé porter par ton récit ^^. Les sentiments des personnages sont très bien décrits (j'ai failli verser ma petite larme à un moment :') ).
     
    Pour l'histoire, que de rebondissements !
    Spoiler
    Dès le début je l'ai trouvé louche ce Takeshi, mais au fur et à mesure ma suspicion s'est levée, croyant presque qu'il n'avait pas de mauvaises intentions. Mais que nénies ! Il s'avère être en réalité un pervers manipulateur en même temps qu'il soit honnête dans ses intentions m'aurait plutôt surpris. C'est un personnage intéressant car du début jusqu'à la révélation de fin le doute plane sur ce personnage, on le soupçonne d'avoir de mauvaises intentions sans en être réellement sûr. Cela vient, je pense, de son habitude et de ses répliques bien trouvés qui alimente la suspicion sans la prouver. Je trouve que c'est vraiment une bonne performance littéraire :D

    La fin m'a vraiment surpris. Autant le fait que Roku découvre qu'il a été trompé était assez prévisible, autant la mort de Takeshi m'a totalement pris de court. J'étais pas du tout prêt à ça XD. Je trouve néanmoins que c'est une conclusion originale qui est tout de même excellente.

    Ah et aussi pour les scènes un peu... voilà, j'ai jamais été autant gêné en lisant XD. Moi qui ne suis pas trop bromance, yaoi tout ça, je suis content que certain passage ne soit pas plus détaillé ^^'
     

    En somme, une très bonne histoire à lire au calme avec un bon chocolat chaud. (Enfin plus une boisson fraîche vu qu'on est en été. Quoiqu'un chocolat chaud c'est toujours agréable quand même... Mais vu la chaleur, quelque chose pour se rafraîchir serait mieux non ?  ...
    Bref, je divague ^^'. Vague.)
    Sur ce Bravo encore ! J'espère que tu pourras sortir d'autres récits aussi qualitatifs ! ;)
    “Il n'existe rien de constant si ce n'est le changement.”
    Bouddha