Auteur Sujet: THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis  (Lu 9083 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne Skyleo

  • Kocchi New User
  • *
  • Messages: 2
  • Karma: 50
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Soundcloud
THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« le: 13 novembre 2013, 14:10:28 »
Bon, ben j'y étais.

J'ai vraiment la flemme d'écrire une tartine, mais j'aimerais vraiment m'exprimer vis-à-vis de cet opéra virtuel, quitte à le faire à chaud. Je préviens également que je ne suis pas un grand fan des vocaloid, mais que je suis toujours partant pour diverses expériences musicales.

Spoiler
Alors, très honnêtement et juste après la représentation, j'aurais dit que "je suis très partagé".
Il y a des choses que j'ai bien aimé, d'autres moins. Il y a beaucoup de non-dit, beaucoup de choses montrées, et surtout, et c'est ce qui m'a un peu déplu en sortant du théâtre : beaucoup de vide.
Enfin, on y reviendra plus tard sur ce point.

Dans ce qui m'a plu, je dirais que le travail abattu sur la corrélation entre image et son est bluffant. C'est particulier, et ce n'est pas la chose la plus accessible à voir, mais qu'on ne s'y trompe pas : la façon dont sont traité les bruits blancs et tout ces sons électroniques à t'en faire choper des acouphènes est un choix très pertinent puisqu'il représente ce dont est fait Miku ; c'est une matière tout sauf organique qui est représentée à travers ces bruitages "froids". En outre, le spectacle regorge d'effets en tout genre et je pense que ça aide à l'immersion. Je ne sais pas si l'effet est le même à travers une caméra cela dit.

D'un point de vue musical, et sans prendre en compte les paroles, je suis mitigé. J'ai l'impression que le compositeur avait le cul entre deux chaises : "se jeter à corps perdu dans de la musique concrète d'avant-garde, ou faire de la pop ? Est-il possible de mélanger les deux de manière pas trop abrupte ?", voilà ce que j'ai ressenti. Après, cela reste juste mon avis, pas la sainte parole. De plus, comme je ne suis pas un grand adepte et connaisseur de "pop commerciale" (j'essaie d'en écouter un peu plus chaque jour cela dit, car on trouve du bon partout, dans tous les genres), j'imagine que mon avis peut être légèrement biaisé.

Au niveau du scénario, c'est simple : je n'ai pas compris grand chose. Pour être plus précis, j'ai l'impression que les personnages eux-même ne se comprennent pas, provoquant donc une incompréhension générale. Et, que ce soit dans les paroles ou les dialogues, j'ai trouvé le tout très vide. Ce n'est pas négatif, mais dans les opéras classiques, même si le thème de la mort et de la fatalité est omniprésent, la richesse de l'univers permet d'échapper à cette sensation de vide, et ici il n'en est rien. Il y a une sorte de paradoxe entre ce qui est montré, avec tout pleins d'effets, et ce qui est dit, qui est très dépouillé. Beaucoup de "vais-je mourir ?" et de "vais-je mourir ?" sur un fond (visuel/musique) assez sophistiqué en somme.
Toutefois, en ce qui concerne le ressenti global, j'ai perçu un sentiment propre aux oeuvres cathartiques. C'est surprenant, et je considère ça comme un bon point.
Il y a quelque chose de tragique dans ce vide donc, et la question que je me suis posé sur le chemin du retour était : "Est-ce voulu ? Shibuya a-t-il eu l'audace de vouloir faire parler le vide à travers le personnage vide qu'est Hatsune Miku ?". En toute honnêteté, j'ai été très sceptique. Cela me paraissait carrément capillotracté, et, par conséquent, j'ai décidé que je ne pouvais pas prononcer un avis définitif comme "cool pour les fans, vide pour le reste, du Miku pour du Miku" sans avoir un quelconque témoignage de l'auteur de l'opéra.
Puis j'ai lu ça : La diva numérique Hatsune Miku dans "The End". Et j'ai également vu l'interview sur Youtube.

J'ai bien fait de spéculer sans émettre de verdict hâtif du coup, car j'ai maintenant la réponse à toutes mes interrogations. En tout cas, je salue l'artiste pour la prise de risque, j'apprécie la démarche et le tout est bien mené. "Just according to keikaku", si j'ose dire.

In a nutshell (pour ceux qui tl;dr rapidement), j'ai bien aimé ce que j'ai vu/lu/entendu. L'aspect musical ne m'a pas entièrement convaincu, mais je trouve l'expérience très intéressante d'un point de vue global. Sans aller jusqu'à crier au génie, je dirais que, pour peu qu'on soit d'humeur curieuse, le spectacle mérite d'être vu et mérite le déplacement. Maintenant, LES questions que j'aimerais poser : Miku meurt-elle à la fin ? Comment pourrait-elle mourir sans vivre, sans même avoir réellement existé ? Et que représente la Miku de The End, si ce n'est le vide que peut parfois susciter l’incompréhension entre êtres humains ?

A vous d'y répondre.  :)
« Modifié: 13 novembre 2013, 22:35:53 par Chib »

Hors ligne Lachesis

  • Rolling Brick Member
  • Animator
  • Always & Forever member
  • *****
  • Messages: 3431
  • Karma: 157
  • Sexe: Femme
  • Dessin par Tatsuki ♥
    • Voir le profil
Re : THE END - Vocaloid Opera : critiques et avis
« Réponse #1 le: 13 novembre 2013, 14:44:25 »
Joli post même si je te demanderai de le mettre sous balises spoiler (le 'SP' dans la liste au dessus du pavé texte) pour les personnes qui voudraient voir le spectacle de façon neutre !

Ma réponse maintenant (ne serait-il pas judicieux de faire un topic dédié aux analyses ?)

Spoiler
Je n'ai pas trouvé le spectacle vide, alors même que j'ai vu la retransmission catastrophique de Culturebox !
Après tout, l'image et le son font partie de la narration. Au-delà de ça, je considère qu'il n'y avait pas besoin de plus de texte. Lorsque j'ai réfléchi au tout, je me suis rendu compte qu'il n'y avait qu'un personnage. Plusieurs facettes personnifiées du personnage mais au final, Miku était seule sur scène. Donc pourquoi faire de longs discours. Lorsque l'on discute avec sois-même, on a pas besoin de beaucoup de mots. On ressent surtout.

Mon analyse de l'histoire :

En ce qui me concerne, j'ai facilement interpété ce que j'ai vu, malgré les sous-titres en partie cachés. Ceci est la mort d'une des Miku. Après tout, Miku est multiple. A chaque chanson, chaque création basée sur elle, elle naît, vit et meurt à nouveau avant de renaître pour un autre artiste. Oui pour le même !
On assiste donc à la fin d'une des Miku. Lorsque l'artiste, dans sa boîte sur scène a fini de composer, Miku s'efface pour revenir. Une vie éphémère, rapide et triste dans l'univers torturé de cet artiste là mais une vie.

Shibuya m'intrigue tout de même dans son propos. Pour lui, un être n'est-il humain et vivant qu'en prenant conscience de la réalité de sa propre mort à venir ? Ne sommes-nous vivants qu'à l'orée de notre propre disparition ? Miku n'existe-t-elle que parce qu'elle finira par ne plus exister ?

Complexe.
J'aime mon award.
Lachesis elle m'a dit que je peux !

Hors ligne Skyleo

  • Kocchi New User
  • *
  • Messages: 2
  • Karma: 50
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
    • Soundcloud
Re : THE END - Vocaloid Opera : critiques et avis
« Réponse #2 le: 13 novembre 2013, 15:05:24 »
Joli post même si je te demanderai de le mettre sous balises spoiler (le 'SP' dans la liste au dessus du pavé texte) pour les personnes qui voudraient voir le spectacle de façon neutre !
Ah, c'est pas faux, sorry~

Spoiler
Je n'ai pas trouvé le spectacle vide, alors même que j'ai vu la retransmission catastrophique de Culturebox !
Après tout, l'image et le son font partie de la narration. Au-delà de ça, je considère qu'il n'y avait pas besoin de plus de texte. Lorsque j'ai réfléchi au tout, je me suis rendu compte qu'il n'y avait qu'un personnage. Plusieurs facettes personnifiées du personnage mais au final, Miku était seule sur scène. Donc pourquoi faire de longs discours. Lorsque l'on discute avec sois-même, on a pas besoin de beaucoup de mots. On ressent surtout.

Mon analyse de l'histoire :

En ce qui me concerne, j'ai facilement interpété ce que j'ai vu, malgré les sous-titres en partie cachés. Ceci est la mort d'une des Miku. Après tout, Miku est multiple. A chaque chanson, chaque création basée sur elle, elle naît, vit et meurt à nouveau avant de renaître pour un autre artiste. Oui pour le même !
On assiste donc à la fin d'une des Miku. Lorsque l'artiste, dans sa boîte sur scène a fini de composer, Miku s'efface pour revenir. Une vie éphémère, rapide et triste dans l'univers torturé de cet artiste là mais une vie.

Spoiler
Intéressant, je vois que tu es plutôt du genre clairvoyante. ^^
En tout cas, ton interprétation de cet opéra virtuel expliquerait beaucoup de choses (en plus d'être limpide), notamment le fait que ce soit en fait un monologue tout du long !
Citer
Shibuya m'intrigue tout de même dans son propos. Pour lui, un être n'est-il humain et vivant qu'en prenant conscience de la réalité de sa propre mort à venir ? Ne sommes-nous vivants qu'à l'orée de notre propre disparition ? Miku n'existe-t-elle que parce qu'elle finira par ne plus exister ?

Complexe.
Complexe, mais pertinant je trouve, et plutôt en phase avec la vie du compositeur (mort de sa femme, catastrophe naturelles au Japon, ainsi que la place de la musique électronique dans l'oeuvre de Shibuya)

RougeVermeil

  • Invité
Re : THE END - Vocaloid Opera : critiques et avis
« Réponse #3 le: 13 novembre 2013, 17:39:48 »
Citer
(ne serait-il pas judicieux de faire un topic dédié aux analyses ?)
J'y pensais justement  :) Où on pourrait aussi poser des questions
Une chose qui m'intrigue dans le spectacle :

Spoiler
J'interprète ce que j'ai compris, ce n'est pas forcément vrai.
Dans le spectacle, je crois Miku dit quelle se considère comme humaine, mais que si elle mourrait, elle serait encore plus humaine (je suppose hein, pas taper x) )
Et à la fin, elle dit aussi qu'on a le choix, qu'elle est morte ou simplement endormie. Je suppose qu'elle veut dire que si elle est morte, elle "est" humaine, mais si elle est seulement endormie, qu'on la considère comme virtuelle, qu'elle ne "vit" pas, ne "meurt" pas, bref qu'elle n'est pas humaine...

Je rejoins aussi la thèse de Lachesis... Quelle version est donc la plus plausible ?

Hors ligne Chiby

  • Animator
  • Vegetable member
  • *****
  • Messages: 823
  • Karma: 106
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #4 le: 13 novembre 2013, 22:36:56 »
C'est fait. Je modifierai le premier post (pour présenter THE END) plus tard.
LUKA LUKA NIGHT FEVER

Hors ligne Joffrey

  • Vegetable member
  • ***
  • Messages: 922
  • Karma: 86
  • Sexe: Homme
  • Yukkuri shitteite ne!
    • Voir le profil
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #5 le: 13 novembre 2013, 23:33:15 »
Pour info prochainement on devrait poster un appel à contributions pour que les gens nous envoient leurs critiques, analyses et retours sur le spectacle, et pouvoir les transmettre au théâtre du Châtelet et à A4A :)

Hors ligne Nomeji

  • Kocchi New User
  • *
  • Messages: 22
  • Karma: 55
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #6 le: 16 novembre 2013, 14:30:40 »
Voici ce qui m'a en gros marqué dans l'opéra, je m'excuse d'avance pour la rédaction, ça risque d'être assez dur à lire.

L'aspect philosophique
Personnellement, j’interprète THE END comme une réflexion philosophique sur les robots. Les japonais ont une relation toute particulière avec les robots donc ça ne m'étonnerai pas trop.
La question est en quelque sorte : "Que ce passerai-il si on programmai un robot en lui disant qu'il va mourir ?". On nous apporte une piste : "Il pense qu'il est humain, qu'il comprend les humains", pourtant il a des problèmes de communications.

Il y a aussi la question de ce qu'ils peuvent faire et ne pas faire. La différence entre humain et machine évidement et que ce passerai il si une machine pense être humaine.
La question de comment la machine vie. A travers son créateur ? A travers sa fonction ? Ce qu'on lui dit de faire ? Chanter dans le cas de Miku.

Pour ce qui est de la fin :
Tout au long de l'opéra Miku est programmé pour chanter, penser d'une certaine façon et lorsqu'on ne lui donne plus rien a faire elle meurt. C'est le concept philosophique de vivre pour la fonction qu'on rempli, chaque chose a une fonction et ici Miku meurt lorsqu’on ne la programme plus. Le programme est fini, c'est la fin.

Il y a je penses, de nombreuses interprétation possible. L'opéra est volontairement vide pour qu'on s’interroge et qu'on effectue notre propre interprétation. Il n'y a pas réellement d'éléments de réponses, juste des interrogations qu'il faut interprété par soit même. C'est un ainsi que je perçois THE END.

J'ai donc une question qui reste sans aucune piste : "Comment interpréter le lapin ?"

L'aspect visuel
Pour ce qui est de l'aspect visuel, je trouve THE END extrêmement aboutit et surtout révolutionnaire. C'est tout simplement du jamais vu.
J'ai essayer d'analyser un peu la disposition de la scène, d'après ce que j'ai pu voir il y avait 3 écrans : un de chaque coté de la scène et un au font. Et une vitre en plexiglas au premier plan avec des "hologrammes". Ensuite il y avait une sorte de triangle avec le seul humain sur scène. Je n'avais jamais rien vu de tel avant, il fallait vraiment y penser et c'était très réussi. L’ensemble de tout les écrans formait une sorte de surimpression et un effet de volume et de profondeur impressionnant.

J'ai beaucoup aimé le fait que THE END profite du fait que le visuel soit en image de synthèse pour pouvoir tout se permettre, par exemple pour les effets de flash qui illumine la scène. C'était presque pyrotechnique. Les effets de brouillage/interférence aussi, qui nous rappelle que tout cela est virtuel mais renforce à la fois l'immersion.
L'aspect visuel nous happe, on est profondément dans l'opéra, bien plus que dans un opéra traditionnel. On est dérouté, on perd ses repères.

L'aspect musicale
Musicalement, THE END est aussi révolutionnaire. Je ne peux pas rattacher ce que j'ai entendu a quelque chose que je connais, et c'est ce que j'aime. Tout est très particulier, très travailler et rechercher. Ce qui ce rapproche le plus de THE END musicalement est selon moi la musique contemporaine, dans la façon dont la musique est atonal par moment. Certains moment sont proche de la pop d'autres de la musique contemporaine. Le mélange des deux forme un ensemble réellement nouveau.

Au final, vous avez du le comprendre j'ai adoré. Mais je suis demandé "Qui dans la salle va aimer", tout est tellement particulier et étrange. Il faut je penses être très ouvert pour apprécié. J'admire donc le risque qu'a prit l'équipe de réalisation et le théâtre du Châtelet.
Follow me: @nomeji_
Je regarde des animés : MyAnimeList

Hors ligne Satanaïs

  • Éternelle débutante
  • Love is not member
  • ****
  • Messages: 1235
  • Karma: 78
  • Un jour je volerai à dos de mouton radioactif.
    • Voir le profil
    • A la recherche de la note rare
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #7 le: 16 novembre 2013, 17:39:31 »
Du peu que j'ai pu en voir et écouter en direct, ça m'a énormément plu. J'ai énormément accroché au fait que Miku était complètement vierge de son image de loli niaise kawaii manga choupinou -vous avez compris le tableau-  et avait cette fois toute la carrure d'une artiste moderne. Je ne vous cache pas que l'oeuvre m'a fait penser au joyau du trio Stravinski, Nijinski et Diaghilev. Je parle bien évidement du ballet "Le Sacre du printemps".

Je vais vous expliquer le comment du pourquoi j'ai fais le lien avec cette oeuvre.

  • "L'évolution", si on peut dire ça. Déjà, le changement d'image de Miku. J'ai entendu dire que certains se plaignaient à la fin de l'opéra que cela ne correspondait pas à son image habituelle de Diva en mini-jupe -soyons fourbe, bien faits pour eux, il faut sortir des étiquettes de temps en temps-, ça a été la même chose à la fin du ballet. Je ne dis pas que Miku a fait un scandal aussi énorme que Diaghilev et ses accolytes, je conçois difficilement que ça soit possible de nos jours au vu de l'évolution de la société depuis ce temps (le ballet date de 1913, c'est dire si les choses ont évoluées) mais bien de la réaction des gens.
  • La mise en scène. La musique qui sort du genre, les tenues de Miku (je crois qu'elle en a eu plusieurs), le clip... Ça sort du commun. Comme l'oeuvre de Diaghilev et ses compagnons.

Bon, j'ai un peu la flemme de continuer à broder, surtout que j'en ai vu qu'une petite partie, mais c'est ce que ça m'a évoqué. Qui plus est j'ai pas vraiment fais gaffe aux sous-titres (désolée haha).

Est-ce que quelqu'un sait si on peut acheter le blueray et le CD et où on peut ?
avatar par http://www.pixiv.net/member.php?id=1046662
kashita aka ninusdark [IRC]

Qualité, efficacité, rapidité.
Merci Kashi' o/  Je te donne la mention "qualité, efficacité, rapidité"
Mon tumblr : http://www.thisiskashita.tumblr.com/
Et si tu veux voir mes dessins : http://kashi-art.tumblr.com/

Hors ligne Stanelis

  • Honey Honey User
  • **
  • Messages: 173
  • Karma: 82
  • Sexe: Homme
    • Voir le profil
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #8 le: 16 novembre 2013, 17:45:57 »
Citer
Pour ce qui est de l'aspect visuel, je trouve THE END extrêmement aboutit et surtout révolutionnaire. C'est tout simplement du jamais vu.
J'ai essayer d'analyser un peu la disposition de la scène, d'après ce que j'ai pu voir il y avait 3 écrans : un de chaque coté de la scène et un au font. Et une vitre en plexiglas au premier plan avec des "hologrammes". Ensuite il y avait une sorte de triangle avec le seul humain sur scène. Je n'avais jamais rien vu de tel avant, il fallait vraiment y penser et c'était très réussi. L’ensemble de tout les écrans formait une sorte de surimpression et un effet de volume et de profondeur impressionnant.

En fait l'écran de devant est une toile semi transparente, sur certains passage l'image est projetée à la fois sur cette toile et s'affiche aussi sur l'écran de derrière, donnant un effet de 3D.

Le triangle à droite de la pièce est constitué d'écrans visant à cacher le producteur qui faisait du synthé sur la scène.

Citer
Pour info prochainement on devrait poster un appel à contributions pour que les gens nous envoient leurs critiques, analyses et retours sur le spectacle, et pouvoir les transmettre au théâtre du Châtelet et à A4A
 

Est ce que tu pourrais (stp) en profiter pour demander au théâtre du châtelet si le dual audio japonais/anglais de certaines séquences était présent dans la version originale ?

Hors ligne PunkM

  • K-Fan J-Fan
  • User.exe
  • **
  • Messages: 73
  • Karma: 61
  • Sexe: Femme
  • Vancances ~
    • Voir le profil
    • Skyrock
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #9 le: 16 novembre 2013, 18:59:47 »
Perso, je suis allée voir THE END et moi, j'ai pas aimé DU TOUT !

Y'a beaucoup de chose qui m'ont dérangé... du style... tout ça: (attention je vais beaucoup critiquer, mais c'est mon avis) la musique (ça sort complètement du style de Vocaloid), la traduction vocale en anglais (ils ne pouvait pas se contenter de juste mettre les sous-titres?), le physique de miku (complètement raté à mes yeux), les costumes (Louis Vuitton mais qu'à tu fais !),... en gros y'a pas grand chose qui m'a fais rêver... (dsl pour ceux qui ont aimer)

Et puis j'ai pas compris la présence de l'espèce de grosse souris ._.
PunkM Délanpiz ~ Jeannine (le thon xD) Powaaah! ~ Première fan de K-Pop Music


Hidemi

  • Invité
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #10 le: 16 novembre 2013, 19:31:42 »
Perso, je suis allée voir THE END et moi, j'ai pas aimé DU TOUT !

Y'a beaucoup de chose qui m'ont dérangé... du style... tout ça: (attention je vais beaucoup critiquer, mais c'est mon avis) la musique (ça sort complètement du style de Vocaloid), la traduction vocale en anglais (ils ne pouvait pas se contenter de juste mettre les sous-titres?), le physique de miku (complètement raté à mes yeux), les costumes (Louis Vuitton mais qu'à tu fais !),... en gros y'a pas grand chose qui m'a fais rêver... (dsl pour ceux qui ont aimer)

Et puis j'ai pas compris la présence de l'espèce de grosse souris ._.
Je pense qui si tu as regarder le spectacle en te mettant en tête ce que tu as l'habitude de voir avec VOCALOID tu en peux pas ressentir grand chose.


Perso j'y suis aller le 12 et je suis très partager sur le trucs, mais il ya tellement de truc que j'aimerais dire dessus que là j'ai trop la flemme. Mais une chose est sure c'est que cet opéra n'était pas pour les fans de la première heure de VOCALOID, et c'est cool.
« Modifié: 18 novembre 2013, 11:22:51 par Hidemi »

Hors ligne Kureuil

  • Exhibitionniste masochiste
  • Animator
  • From user to member
  • *****
  • Messages: 327
  • Karma: 85
  • Sexe: Femme
  • Team ⑨
    • Voir le profil
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #11 le: 16 novembre 2013, 23:14:41 »
Perso, je suis allée voir THE END et moi, j'ai pas aimé DU TOUT !

Y'a beaucoup de chose qui m'ont dérangé... du style... tout ça: (attention je vais beaucoup critiquer, mais c'est mon avis) la musique (ça sort complètement du style de Vocaloid), la traduction vocale en anglais (ils ne pouvait pas se contenter de juste mettre les sous-titres?), le physique de miku (complètement raté à mes yeux), les costumes (Louis Vuitton mais qu'à tu fais !),... en gros y'a pas grand chose qui m'a fais rêver... (dsl pour ceux qui ont aimer)

Et puis j'ai pas compris la présence de l'espèce de grosse souris ._.
Aller à un opéra pour écouter tout ce qu'il y a de plus mainstream dans la musique Vocaloid, c'est à dire de la j-pop entraînante ? Ouais c'est cool, sinon on peut découvrir des artistes faisant des choses différentes avec Vocaloid, c'est bien de s'ouvrir à d'autres choses aussi.
De plus, à part les dialogues chantés (qui font le côté opéra) les musiques sont plutôt épiques/cools à écouter et collant bien avec la voix de Miku.
(Et puis lol "style Vocaloid" quoi, ça veut rien dire.)

La vocal anglaise est aussi présente sur le CD, pour le coup j'ai l'impression qu'elle passe mieux dessus même si ce n'est pas vraiment dérangeant (mais c'est vrai que j'aimerai bien savoir si elle était aussi présente dans la version jap').

Spoiler
De manière générale, on peut se faire différentes interprétations de l'opéra, pour le coup j'ai du mal à me dire si on parle uniquement de la condition de Miku en tant que logiciel et donc personnage virtuel avec le syndrome de Pinocchio ou si c'est une manière d'appréhender la mort pour nous humains par le biais de Miku.
En fait cet opéra est tellement fouillis et part tellement dans tous les sens que c'est pour ça que j'ai adoré, ouais, je dois trop aimé tout ce qui est mindfuck haha.

Pour moi la mascotte représente l'artiste d'une manière générale, une sorte de souris énorme qui s'incruste dans la vie de Miku et qui la rend dépendante à son créateur o/
(je veux une peluche de cette bestiole srsly.)

Hors ligne Ushi

  • Membre fantôme
  • Vegetable member
  • ***
  • Messages: 538
  • Karma: 53
  • Sexe: Femme
  • Milky Maid
    • Voir le profil
    • Photographie
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #12 le: 16 novembre 2013, 23:45:49 »
Moi, j'ai bien apprécié. C'est assez philosophique.
On retrouve Miku dans un registre très éloigné de ce qu'on a d'habitude ! Beaucoup plus sombre et plus lourd !
Le thème tourne autour de l'existence, de sa fragilité, de la disparition et de la mort. Remet en question notre façon de vivre, la perfection et l'imperfection, le nucléaire et la technologie, nos réaction face au tragique. Tout un questionnement autour et une musique qui va vraiment dans le sens. Et c'est comme ça que je l'ai ressenti.
Le seul truc : les sous titres français était assez mal placé, donc je lisais pas toujours, surtout pendant les aria ! (trop concentré sur l'image)
Bref, ça reste vraiment bon ! C'est un véritable spectacle de son et d'image. Il y avait un énorme contraste entre la salle, très ancienne et cette nouvelle technologie qui rendait l'opéra encore plus magique !

Signature par Daria. Merci! ♥

Hors ligne YamaKyu

  • Mixeur son, et BSOD-Man
  • Animator
  • Always & Forever member
  • *****
  • Messages: 3239
  • Karma: 154
  • Sexe: Homme
  • Je vous observe toujours :9
    • Voir le profil
    • Ota-Kyu
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #13 le: 17 novembre 2013, 00:09:32 »
En ce qui concerne le CD, figurez-vous que je viens juste de l'ouvrir (bordel mes oreilles \o/), et yup l'anglais passe carrément plus crème dessus. Je pense que c'est principalement parce que du coup, on a pas besoin de switcher entre ce qu'on entend en japonais, ce qu'on entend en anglais, les sous-titres anglais, les sous-titres français et ce qu'on voit sur scène l'écran. Ca fait beaucoup à l'origine, on ne sait pas où donner de la tête, donc oui ça sature complètement notre attention.
Là, avec le CD, il n'y a que l'écoute de l'anglais et du japonais. Et encore, le japonais je suis moins focalisé dessus car ma compréhension du japonais est insuffisante, donc mon attention va en priorité et instinctivement à l'anglais. En tout cas ça me semble normal que ça passe mieux avec le CD.

Je n'ai pas encore lu vos analyses du spectacle... j'ai pas mal d'idées en tête, mais il y a aussi énormément de choses qui m'échappent, probablement car -comme tu disais Kureuil-, la chose part dans tout les sens... mais aussi très probablement car je suis naturellement peu réceptif à cette forme d'art. Enfin, j'ai un article prévu sur THE END de toute façon, quand j'aurai les idées bien claires je vous ferai signe o/ Il ya vraiment BEAUCOUP de matière à exploiter pour parler de THE END :'D

Le blog d'un VOCALOIDiste zélé en quête du diplôme de vocaloidologue...


Avant j'étais BSOD-man. Mais ça, c'était avant.Enfin, on peut dire que je le suis toujours en fait.
Yamakyu is not even my final pseudo.

Je suis chaud pour mixer des covers/chorus et éventuellement des instrumentales. Hésitez pas à me MP si ça vous intéresse /o/
Méfiez-vous toujours de mes souvenirs... ma mémoire n'est jamais une référence. Absolument jamais.

Hors ligne TBK

  • Vixen Vaporub Youtaite
  • Animator
  • Always & Forever member
  • *****
  • Messages: 4427
  • Karma: 143
  • Sexe: Femme
    • Voir le profil
    • Ma Page Facebook avec tous mes projets!
Re : THE END - Vocaloid Opera : analyses, critiques et avis
« Réponse #14 le: 17 novembre 2013, 11:54:06 »
Je me sens pas de faire un long post la tout de suite, je vais juste réagir a PunkM :

Ce n'était pas quelquechose d'ancré profondément dans la communauté VOCALOID mais bien VOCALOID utilisé en tant que simple outil pour une oeuvre. Keiichiro Shibuya ne connaissait pas vraiment VOCALOID avant ça.

Et oui si on part avec des idées préfaites ca empeche de vraiment s'imprégner de l'opéra. Comme je l'ai dit au journaliste, c'est ce coté inhabituel et plus sombre de Miku que j'ai trouvé très attreyant. Je pense que par "style Vocaloid" tu désignes le style par défaut : la pop. Mais oui, VOCALOID n'a pas de critères prédéfinis, et justement l'opéra joue aussi la dessus : c'est ou outil qui ouvre a la liberté de création.

Le fait que l'opéra rebute sur l'utilisation habituelle de Miku souligne encore plus le fait qu'elle soit "dresser" par le compositeur comme elle le disait, et que sans l'utilisateur elle n'est pas. C'est l'essence meme de VOCALOID cet opéra, a savoir VOCALOID est il quelquechose de vivant ou non ? Un etre virtuel peut il mourir ? Un VOCALOID est il capable d'indépendance ? Son utilisation est elle libre ou contrainte ? Si l'opéra vous a rebuté pour un style inhabituel, je pense que c'était aussi totalement voulu :P

Shibuya a dit plusieurs choses très intéressantes :
- Une voix de Vocaloid n'est jamais complètement triste ou complètement joyeuse.
- Un artiste se nourrit des critiques négatives comme positives car cela signifie que son oeuvre suscite des réactions.
- Et Erfea  demandé à la conférence si le spectacle était un cercle sans fin car la fin ressemble au début et il a simplement répondu "c'est une très bonne question.".

En bref VOCALOID permet et ne permet à la fois pas ce qu'un humain est capable de faire.
Spoiler
La "perfection" dont ils parlent si je me souviens bien st liée à la seconde Miku (que je vois comme une "humaine").
Le rongeur représenterait la partie mascotte et non vivante de Miku.
Keiichiro Shibuya sur scène représenterait l'utilisateur du VOCALOID
Et Miku serait simplement un être entre vivant et non vivant, ce qui de fait ne l'inclus dans aucune des catégories précédentes a priori. Quand elle fusionne avec la mascotte je n'ai pas d'interpretation particulière parcontre.

Bon en fait je me suis un peu embrouillée je réagirai peut etre plus tard à nouveau. Simplement, cet opéra est l'essence même de VOCALOID alors je trouve ca profondément triste que les "fans" réagissent pour la plupart si mal (mais les hardcore fans réagissaient plutot bien a priori, que ce soit avec des avis positifs ou negatifs construits).

Voilà !
Ma dernière cover c'est par ici !

Vous trouverez tous mes liens ici~