• Une nouvelle campagne Xiaomi x Hatsune Miku + visuel révélé
  • Mirai komachi, la petite nouvelle de chez Yamaha
  • Votez pour la Snow Miku 2019 !
  • Miku Expo arrive en France !
  • Le nouveau costume de Magical Miku 2018 dévoilé
  • Vocaloid.fr

    Nouvelles:

    Vocaloid.fr est désormais partenaire de YAMAHA !

     

    Auteur Sujet: Les syllabaires/sons du japonais  (Lu 2839 fois)

    0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

    Hors ligne Kayseur

    • Administrator
    • User ★ night ever
    • *****
    • Messages: 2210
    • Karma: 193
    • Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.Kayseur transcende l'univers de sa surpuissance ultime.
    • Sexe: Homme
      • Voir le profil
    Les syllabaires/sons du japonais
    « le: 18 septembre 2011, 14:47:00 »
    Bonjour à vous,
    Donc si vous êtes ici c'est que vous cherchez manifestement un petit guide sur les nombreux syllabaires japonais, n'est-ce pas ?
    Et bien je vais tâcher de vous en apprendre les grandes lignes, ou plutôt la totalité, mais je n'aurais pas la prétention de dire que mon cours sera parfait, toutefois je tâcherais de faire de mon mieux.
    Sachez aussi que en plus d'apprendre tous les sons existants, je passerais rapidement sur l'écriture et sur quelques spécialités de l'écriture, comme l'allongement et choses de ce genre.

    1. Les syllabaires basiques

    Apprendre tous les syllabaires existants en japonais ne vous sera théoriquement pas réellement difficile, car en réalité le japonais est une langue assez pauvre en terme de variété. En effet, l'ensemble des sons peuvent se compter au nombre d'environ cinquante de base et d'une autre cinquantaine en dérivé. Bien qu'en additionnant l'on peut penser que cela fait une centaine, il n'en est en réalité pas grand chose et vous verrez, principalement, que pour les dérivés leur apprentissage est assez aisé. Pour la simple raison que comme leur nom l'indique, ce ne sont que des dérivés des sons de base, et peu de chose varie entre les deux.

    Quoi qu'il en soit, ces sons de base dont je n'arrête pas de parler sont donc tous similaires en terme de sonorité, et se déclinent en fait en séries généralement constituées de cinq sons voyelles.
    Ces séries existent au nombre de dix, et se composent de la façon suivante.

    La 1ère série n'est autre que la plus basique : a, i, u, e, o (あ, い, う, え, お)
    La 2nde série est la suivante : ka, ki, ku, ke, ko (か, き, く, け, こ)
    La 3ème est celle-ci : sa, shi, su, se, so (さ, し, す, せ, そ)

    Et de là vous devriez avoir compris la logique : on ne rajoute qu'une seule lettre à chaque fois et l'on reprend les sons voyelles qui sont le ['a'] ; le ['i'] ; le ['u'] ; le ['e'] ; et le ['o'].
    Toutefois, en regardant bien vous devriez aussi avoir remarqué quelque chose dans la troisième série. En effet, le si qui aurait dû être présent s'est transformé en shi (し ). La raison à cela est tout simplement que le son si comme dans merci n'existe pas dans la langue japonaise, et montre par conséquent une des quelques irrégularité du syllabaire nippon.

    Pourquoi "une des" ? Tout simplement car il en existe plusieurs autres que je vais bientôt vous décrire.
    Mais avant cela, peut-être vous demandez-vous "mais quels sont les autres séries", ce qui serait légitime.
    Sauf que plutôt que de tout vous ré-écrire inutilement de façon peu lisible, je vais plutôt vous renvoyer à un tableau superbement tiré de google à cette page-ci.

    Comme vous pourrez le constater, il possède les sons combinés mais ça ne constitue pas encore tous les dérivés existants, seulement une partie. Libre à vous d'y jeter un œil pour le moment, mais j'y reviendrais après.
    Avant cela, je voudrais vous faire remarquer toutes les irrégularités présentes, elles ne sont pas grosses, mais il faut les apprendre. Et tout d'abord nous avons dans la série du Ta deux de ces irrégularités :
    • Le Chi (ち) (se lisant ['tchi'], le Ch étant un Tch en prononciation japonaise) et remplaçant un hypothétique ti
    • Le Tsu (つ) (se lisant'['tsou'], le U se prononçant Ou pour simplifier) et remplaçant comme vous l'aurez compris un tu
    Ensuite, il existe dans la série du Ha le Fu (ふ), le Hu n'existant donc pas.
    Concernant la série du Ya, il n'y a pas de sons irréguliers, juste que le yi et ye n'existent pas.
    A l'instar du Ya, la série du Wa ne contient pas de wi, wu, we et surtout le Wo se prononce ['o'], comme s'il n'y avait pas de W avant. Dans ce cas pourquoi avoir deux syllabaires se prononçant ['o'] (le お et を) ? Pour des raisons d'écriture, principalement, et de grammaire, mais étant donné que je ne suis là que pour vous faire apprendre les sons, je n'en parlerais pas davantage.

    Aussi, et toujours à propos de la prononciation, le R en japonais est très roulé, à la limite du L français et un peu plus roulé que le R espagnol. Si vous n'arrivez pas à le dire correctement, mettez simplement un L, c'est plus simple et l'on vous comprendra. Ça n'est pas pour rien que dans la retranscription de nom japonais on retrouve souvent des L à la place des R. Luka s'écrirait bien en effet Ruka, du moins en rōmaji (-> voir fin du tuto.).
    Et pour la dernière ligne qu'est le N tout simple, prononcez le comme vous le pouvez, il ne sera normalement jamais seul de toute façon une fois écrit.

    Ah, une dernière chose, l'ordre A, Ka, Sa, Ta, Na [...] est à connaître : l'on évite d'apprendre les séries dans le désordre. Pourquoi ? Tout simplement car l'ordre donné dans les tableaux est l'ordre du dictionnaire. Cela parle de lui-même, vous trouverez donc les ka avant les sa, eux-même avant les ta, et ainsi de suite dans un dictionnaire (ça fait répétition, mais bon).

    2. Les syllabaires dérivés et composés

    Pour cette seconde partie, j'assumerais que vous avez déjà appris à, si ce n'est écrire, reconnaître la presque totalité des hiragana (le vrai nom de ces syllabaire, ou du moins ceux que je vous montre depuis le début, car il existe aussi autre chose). Bien sûr, vous pouvez lire sans l'avoir fait, car j'y aborde tout de même d'autres choses qui n'ont pas besoin de savoir être écrites, mais au bout d'un moment vous risquez de vous perdre, surtout vers la fin.
    Pour les apprendre, je vous conseil de vous armer des tableaux que je vous donne régulièrement, de rechercher d'autres tableaux sur google si vous le souhaitez, et d'un petit "jeu" que j'ai personnellement utilisé pour apprendre mes hiragana.

    Parenthèse fermée, reprenons où l'on en était. Je n'arrête pas d'en parler depuis le début, mais il existe aussi des sons dérivés en plus des composés que vous pouvez voir dans le tableau avant.
    Ces composés sont en fait très simple à écrire ou reconnaître, car il suffit de rajouter un petit signe à l'écriture du syllabe. Le premier de ces signes (car il y en a deux) est le "dakuten" qui se transcrit par deux petits traits : ゛ .
    Par exemple, le ka (か) deviendra avec ces deux petits traits un ga ( が), personnellement j'ai appris ça comme le fait que le son devenait "dur". Car ainsi, toute la série des Ka se transformera en série de Ga grâce à ce dakuten.
    Le ki (き) deviendra un gi ( ぎ), le ku (く) un gu (ぐ), etc.

    Encore une fois, je vais vous rediriger vers un autre tableau qui est la continuation du premier (que je trouve plutôt bien fait) à cette adresse.
    Au passage, seules les séries du K, S, T, et H se dérivent avec le dakuten. Vous pouvez aussi apercevoir les composés dérivés en dakuten. Par contre le H contrairement à ce qu'on pourrait croire se dérivent en... B. Il n'y a pas spécialement de logique, mais c'est à savoir.
    A remarquer aussi, le shi (し ) se dérive en ji (じ), tout comme le chi (ち).

    Le second signe de dérivation est le "handakuten", les noms ne sont pas très importants mais retenez les si ça vous chante, il se traduit par un petit rond : ゜ .
    Ça ne va pas être très compliqué, seule la série des H (encore elle) se dérive avec le handakuten. Les H ne deviennent cette fois pas des B mais des P.
    • Ha (は) -> Pa (ぱ)
    • Hi (ひ) -> Pi (ぴ) et ainsi de suite.
    Je vous redonne le même tableau qui fait suite toujours si cela vous tente. C'est par ici.

    Enfin, l'avant dernier point à aborder est donc maintenant ces superbes sont composés dont je n'arrête pas de vous parler également. Comme vous l'aurez vu durant tous les tableaux que je vous ai donné tout le long, ils se composent en ajoutant un petit syllabaire à côté d'un grand. Cependant les syllabaires que l'on rajoute en petit ne sont que le ya (や), yu (ゆ) et yo (よ).

    Je pense que vous pouvez dorénavant les analyser vous-même sur le tableau en regardant comment ils sont faits, ça devrait être simple à comprendre.
    Un petit yu (ゆ) à côté d'un ka (か), et cela donnera un kya (きゃ), de même pour le kyu (きゅ), et le reste. Je ne vais pas m'étendre la dessus et vais passer à un dernier point : l'allongement et le dédoublement.
    En fait ça fait deux, donc ça sera un deux en un.

    Tout d'abord, l’allongement. Et bien ça n'est pas très compliqué, pour allonger un son voyelle, comme pour transformer un ki (き) en kii, il suffit de rajouter un ... i (い). Kii sera donc "きい".
    La seule exception sera pour le son ['o'] qui se dédouble non pas en ajoutant un o (お) mais un u (う).
    Kōsaka sera donc Kousaka / こうさか. Mais se lira bien avec un son ['o'] allongé et non pas ['ou'].  La petite barre au dessus de la lettre o signifiant évidemment qu'elle est doublée.

    Il existe tout de même des exceptions pour cette règle du ['o'] allongé, car certains mots utilisent en fait des doubles o.
    C'est à dire, comme Ōkami qui s'écrira おおかみ soit Ookami.
    Maintenant il y a aussi le dédoublement des sons consonnes, comme le K de ka (か), pour donner "kka" (où l'on prononce bien les deux k). Ça n'est pas très compliqué, on utilise un petit tsu (つ) avant le son consonne à doubler.
    Pour l'exemple, kokka (signifiant hymne national) s'écrira こっか en hiragana.

    C'est bon, vous suivez encore ? Car j'attaque maintenant la dernière partie.

    3. Les différents styles d'écriture

    Alors non, je ne parlerais ici en aucun cas des kanji et resterait dans les syllabaires pour la prononciation, c'est à dire les hiragana et surtout maintenant les katakana.
    Depuis le début, vous voyez des hiragana d'écrits, c'est l'écriture de base du japonais, et avec ça vous pouvez si vous le souhaitez absolument (ou presque) tout écrire. Toutefois, les japonais ont deux système d'écriture en plus des kanji, le second est un autre syllabaire totalement nouveau et contenant exactement les mêmes sons que celui des hiragana.

    A quoi ça sert me direz-vous, et bien les japonais s'en servent tout simplement pour écrire les mots d'origine étrangère. Par exemple, France se disant Furansu en japonais ne s'écrira pas ふらんす mais フランス.
    Je ne vais pas vous faire de gros blabla, il faut juste les apprendre par cœur, et si vous connaissez déjà les hiragana ça ne devrait pas être trop compliqué.

    Voilà les trois tableaux identiques aux premiers mais en katakana : bases, dérivés, et seconds dérivés.

    La seule chose vraiment différente des hiragana c'est l'allongement, l'on n'allonge pas un son voyelle de katakana en ré-écrivant le son avec un double AA par exemple, mais en mettant simplement un trait : ー.
    A vérifier mon exemple, car on ne trouve pas vraiment de dictionnaire de mots en katakana, mais Suppaa Hakkaa (Super Hacker) serait スッパー ハッカー. Le principal étant que vous ayez compris le mécanisme.

    La dernière chose que vous devez savoir sur les katakana, c'est que j'ai mentis en disant que tous les sons étaient identiques aux hiragana : en vérité il existe une sorte de modification de la part des japonais sur leurs katakana pour pouvoir écrire plus de son.
    Par exemple, le Ti, le Di, le Vi (car mine de rien le V n'existe pas en japonais de base).
    Pour cela je vais vous rediriger vers cette page wikipedia, car je ne vais pas tous les ré-écrire. Vous pouvez simplement y voir comment ça marche : comme les composés, on ajoute des caractères en petit à côté des sons classiques. Le ti (ティ) se fabrique en ajoutant un i (イ) après un te (テ), et le di (ディ) en mettant un dakuten pour faire le de (デ). C'est un peu complexe de base, mais en regardant bien la fabrication est presque "logique", à l'exception des v qui ont utilisés le U (ウ).

    Bien, et pour finir sur quelque chose de simple pour vous récompenser d'être venu au bout de ce tutoriel, je vous indiquerais juste à nouveau le nom de l'écriture que l'on utilise pour écrire du japonais avec notre alphabet de chez nous : le rōmaji. Et ça sera tout.

    Post-scriptum :

    Une chose qui n'a pas été dite dans ce tutoriel, si vous voulez non seulement apprendre à lire mais aussi à écrire les hiragana et katakana, sachez que chacun des signes possède un ordre d'écriture obligatoire à suivre. On ne trace pas les caractères japonais comme bon nous semble, mais en terme général on part d'en haut à gauche pour aller en bas à droite, cependant beaucoup d'exceptions existent. A vous de vous renseigner sur l'écriture si cela vous plaît, je ne ferais pas de cours dessus.

    Et merci au site JLPT pour ses tableaux que j'ai récupéré dessus.
    « Modifié: 18 septembre 2011, 19:21:58 par Kayseur »

    Hors ligne XaX

    • Kocchi New User
    • *
    • Messages: 1
    • Karma: 59
    • XaX déchire grave.XaX déchire grave.XaX déchire grave.XaX déchire grave.XaX déchire grave.XaX déchire grave.XaX déchire grave.
    • Sexe: Homme
      • Voir le profil
    Re : Les syllabaires/sons du japonais
    « Réponse #1 le: 18 septembre 2011, 19:19:14 »
     :hh: Un grand merci a toi :) Je trouve ton Tuto tés complet, moi qui n'y connaissait rien j'ai maintenan les quelque bases en tête :)
    Merci
    :)